Archive

Crise alimentaire: Un vieillard raconte sa vie avec nostalgie à Birao

El Hadj Abdel Mounine Oumar, âgé de 78 ans, se souvient de sa vie, avant les conflits armés ne síinstallent dans la préfecture de la vakaga (nord-est)

 

Né vers 1934, El Hadj Abdel Mounine Oumar nía jamais mis pied à líécole moderne. Toutefois, il a fréquenté líécole coranique comme la plupart des ressortissants de la Vakaga qui est un peuple islamisé. Il affirme avoir pratiqué líagriculture, líélevage et le commerce avant díêtre rattrapé par líâge. A 78 ans, il ne síoccupe maintenant que de petites activités agricoles. Il explique que la préfecture de la Vakaga était une ville touristique. «On trouvait toute sorte díanimaux, la nourriture était en abondance et les gens mangeaient à leur à faim. La cuvette de manioc ou du sorgho, entre autre se vendait à 1000 FCFA contre 3500 FCFA à ce jour», a-t-il ajouté.

 


© RJDH-RCA
El Hadj Abdel Mounine Oumar
Pour le septuagénaire, la situation actuelle de la préfecture de la Vakaga et celle de la ville de Birao qui connait une crise alimentaire est déplorable, si on se fie à son passé légendaire en matière de nourriture. El Hadj Abdel Mounine Oumar explique que les conditions de vie de la population se sont dégradées parce que la région est devenue «un champ de batail des différents groupes armés. Des hommes en arme circulent librement et commettent des exactions sur la population. Cette insécurité ne permet pas à la population de travailler la terre comme avant». En dehors des groupes armés, il évoque le cas des éleveurs soudanais armés, en transhumance, qui détruisent les champs avec leurs búufs. «Cette situation ne permet pas à la population de cultiver», constate t-il. Pour lui, ce sont là les causes de la crise alimentaire qui sévit actuellement dans la vakaga. El adj. Abdel Mounine Oumar, termine en demandant au gouvernement et aux humanitaires de jeter un coup díúil sur la population de Birao, et de lutter contre les groupes armés et les éleveurs soudanais en transhumance dans la région.

 



Commentaire


Retour en haut