Archive

Centrafrique: Opération lutte contre la rage à líIPB

Pour líannée en cours, 25 chiens sont examinés et 21 sont atteints de la rage dont 17 cas à Bangui

 

La salle de bibliothèque de líInstitut Pasteur de Bangui a accueilli une conférence de presse présidée par le Dr. Rivalyn Emmanuel Nakouné, chef díunité des virus émergents de ladite institution. Líobjectif de cette rencontre avec les médias est de leur faire le point sur une nouvelle opération que vient de lancer líInstitut Pasteur, notamment la lutte contre la rage. Dans son exposé, le docteur Nakouné a présenté la situation globale de la rage en République centrafricaine ces quatre dernières années, 2009, 2010, 2011 et 2012.

 


© journaldebangui.com
Dr. Rivalyn Emmanuel Nakouné
La rage est une maladie virale grave touchant les mammifères dont l'Homme. Elle est causée par un virus qui provoque une encéphalite. La zoonose assez commune. Elle touche surtout les carnivores. Les symptômes sont nerveux; parfois une agressivité bien qu'il existe aussi des formes plus frustes où le malade est particulièrement calme. En Europe, la rage a efficacement été éliminée de certains pays par la distribution d'appâts vaccinant dispersés dans la nature. Par ailleurs, entre 40 000 et 70 000 personnes décèdent de la rage chaque année dans les pays d'Afrique et d'Asie, où la maladie est endémique. En République centrafricaine, en 2009, sur 27 chiens examinés, 26 sont positivement atteints de la rage. En 2010, sur 14 cas, 11 sont positifs. En 2011, sur 6 chiens, 5 étaient positifs. Pour líannée en cours, déjà 25 chiens sont examinés et 21 sont atteints de la rage dont 17 cas à Bangui, 2 à Bouar dans la Nana Mambéré, 1 à Sibut dans préfecture de la Kémo et 1 à Grimari dans la Ouaka.

Toujours de líavis du Dr. Nakouné, la transmission et le cheminement du virus rabique se fait à travers la morsure, la griffure et le léchage sur plaie. Les enfants sont plus mordus que les adultes, surtout au niveau de la tête et du cou vue leur taille. Environ 40% des traitements et des cas de mortalité concernent les enfants de moins de 15 ans. Ainsi, líInstitut Pasteur compte sur les médias pour passer le message du risque que représente la rage. A ce propos, des soins préventifs et curatifs gratuits sont mis à disposition de la population, histoire de réduire le taux de contagion de la rage. Le docteur Nakouné a par ailleurs présenté une conduite à tenir en cas de morsure, griffure ou léchage en trois points. Selon lui, il est nécessaire que la victime lave abondamment avec du savon, amène urgemment líanimal mordeur à une clinique vétérinaire et la victime est prise en charge gratuite par líInstitut Pasteur et de préciser que mettre fin à la rage en Centrafrique est une affaire de tous.

 



Commentaire


Retour en haut