Archive

UA: Le président Bozizé au sommet des chefs d’Etat

En plus de l’élection du président de la commission, le chef de l’Etats a pris part au sommet des chefs d'Etat de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs

 

La 19ème conférence des chefs de l’Etat de l’Union africaine était placée sous le thème, “Accroitre le commerce intra-africain”. La cérémonie d’ouverture, riche en couleur a été ponctuée par sept allocutions de différentes personnalités. Dans son intervention, le Président sortant de la Commission de l’UA, Jean Ping n’a pas manqué de saluer la présence à ce sommet des Présidents Sénégalais Macky Sall et Egyptien, Mohamed Morsi, fraichement élus à la tête de leurs pays et qui assistent à leur premier grand rendez-vous du continent. Jean Ping est revenu sur le climat international marqué par la persistance de la crise économique dans la zone euro, et par l’émergence de nouveaux rapports de forces politiques mondiales. M. Ping a aussi rappelé les situations politico-militaires survenues dans certains pays qui semblent ternir une nouvelle fois l’image de l’Afrique. Pour terminer son propos, il a appelé à l’unité du continent autour de la question. «Tout nouvel échec signifie la division du continent», clarifie- t-il.

 


© bbc
Une vue des participants au sommet d'Addis Abeba
Région des Grands Lacs
En marge du sommet des chefs d’Etats, s’est tenu celui des chefs d'Etat et de gouvernement de la Conférence Internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). Ces assises auxquelles prenaient par le président de la République centrafricaine a approuvé la création d'une force internationale chargée de superviser la sécurité à la frontière commune entre le République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda, a déclaré le secrétaire exécutif de la CIRGL. Ce contingent international aura pour mission de neutraliser les forces négatives et les groupes rebelles, y compris le mouvement du 23 (M23), actif dans la province du Nord-Kivu en RDC, a précisé le secrétaire exécutif de la CIRGL, Alphonse Ntumba Luaba, dans une interview à l'issue du sommet. Les chefs d'Etat et de gouvernement de la CIRGL ont signé la déclaration sur la création d'une force internationale neutre, mais nous n'avons pas encore été appelés à en créer une d'ordre régional, a déclaré M. Ntumba Luaba.

Selon ce responsable de la CIRGL, la force internationale, dont la taille «n'a pas encore été déterminée», supervisera la sécurité à la frontière commune entre le Rwanda et l'est de la RDC et «luttera contre» les groupes rebelles tels que le mouvement rebelle M23. «Avec le soutien de partenaires extérieurs, y compris l'Union européenne (UE), nous allons tenter de définir le mode de fonctionnement de la force internationale, une analyse qui sera effectuée en collaboration avec la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) sur le terrain, a confié M. Ntumba Luaba. Selon lui, les experts militaires de la région devront évaluer «la taille de cette force, ses besoins logistiques et l'étendue de son opération. Nous prévoyons un autre sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la CIRGL, les 7 et 8 août, pour déterminer le niveau d'évolution de la mise en place de cette force internationale, a affirmé M. Ntumba Luaba. Cinq chefs d'Etat, à savoir Paul Kagame (Rwanda), Joseph Kabila (RDC), Jakaya Kikwete (Tanzanie), Yoweri Museveni (Ouganda) et François Bozizé (Centrafrique), ont pris part au sommet d'Addis Abéba. La CIRGL regroupe onze pays, soit l'Angola, le Burundi, la République centrafricaine, le Congo, la République démocratique du Congo, le Kenya, le Rwanda, le Soudan, la Tanzanie, l'Ouganda et la Zambie.

 



Commentaire


Retour en haut