Archive

Centrafrique: lélan victorieux des fauves de Bas-oubangui

Une fois de plus, les fauves de Bas-oubangui, version football ont démontré quil faut désormais compter avec eux dans les différentes rencontres de football au niveau international

 

Ce samedi, 2 juin 2012 contre léquipe nationale du Botswana, les fauves de Bas-oubangui ont laissé parler leurs talents. 2 buts à zéro pour léquipe nationale centrafricaine qui affronte les éliminatoires de la Coupe du monde 2014 avec un élan victorieux. Petitement mais surement, la République Centrafricaine démontre que la renaissance du football nest plus quun triste hasard mais, le fruit dune prise de conscience de cette jeune génération de joueurs décidés à relever les défis de leur temps.

 


© RNL
Les Fauves de RCA
Ce samedi, 2 juin 2012, les fauves de Bas-oubangui, privés de leur sélectionneur Jules Accorsi qui a démissionné à quelques jours de cette rencontre capitale pour accumulation darriérés, ont su garder le moral haut pour venir à bout de léquipe botswanaise. Tout au long de la rencontre, les poulains de Hervé Loungoundji, désormais sélectionneur de léquipe nationale centrafricaine ont su maîtriser le jeu et pouvaient même faire plus que ce score de 2 buts à zéro. Mais, lorgueil ce péché originel a une fois de plus eu raison de léquipe centrafricaine promue à un bel avenir dans ce tournoi qualificatif pour la Coupe du monde 2014.

Avec des joueurs de talents qui évoluent pour bon nombre deux dans des championnats européens et africains, la République Centrafricaine peut espérer relever les défis dans cette poule de 4 avec le Botswana, lEthiopie et lAfrique du Sud. Sur papier, la RCA nest certes pas léquipe favorite de cette poule mais on connaît quand même les prouesses de cette jeune sélection décidée à briser tous les mythes du passé en imposant même aux équipes de renom du football centrafricain, son petit rythme. Mais, pour que cet élan victorieux soit consolidé, il faut des moyens. Le président de la Fédération Centrafricaine de Football, Edouard Patrice Ngaïssona a bien fait de le dire tout haut : les jeunes sont déterminés à aller au bout de leur rêve qui est certes celui de toute une nation et en cela, ils doivent être aidés par toutes les bonnes volontés qui veulent bien voir se hisser plus haut dans le ciel du football mondial, le drapeau centrafricain.

 



Commentaire


Retour en haut