Archive

La société Safari Cawa nie toute implication dans l’exploitation des mines

La société a été implantée depuis six ans, alors que les mines n’ont été découvertes que depuis deux ans

 

Les artisans miniers ne sont pas menacés par la société safari CAWA à cause de l’exploitation des mines d’or dans sa zone, mais plutôt à cause des activités de chasse, a expliqué ce matin, Jacques Aïmoussa, un des chefs de camp de cette société, dans un entretien avec le RJDH à Bangui. Au total 13 corps ont été retrouvés dans une des mines d’or existant dans la propriété de la société, à plus de 100 kilomètres à l’est de Bakouma. Si nous avons chassé les gens sur le chantier, ce n’est pas parce que nous ne voulons pas qu’ils exploitent le diamant ou l’or qui s’y trouvent, c’es parce qu’ils tuent les animaux pour se nourrir pendant leur séjour dans la zone, a-t-il précisé. Jacques Aïmoussa a fait remarquer que la société a été implantée depuis six ans, alors que les mines n’ont été découvertes que depuis deux ans. D’après lui, il n’y avait aucun conflit entre la population locale de Bakouma et les responsables du safari CAWA, jusqu’à la découverte de cette mine d’or. Il a indiqué que la société ne saurait être à l’origine d’un tel acte «puisque certains employés ont aussi perdu des parents dans ce drame». Selon lui, c’est la LRA qui est l’origine de cet assassinat à cause de la fréquence de ses attaques dans la zone ces trois dernières années. Mais les parents des victimes, qui sont toutes de Bakouma et ses environs, estiment que c’est safari CAWA qui serait l’auteur de ce drame.

 


© fauna-safari-club.com
Un chef des camps et un chasseur et une prise
Nous connu des attaques de la LRA en novembre 2010, le 29 mars 2011 avec la capture de notre patron, Erik Mararv, qui a été relâché après plusieurs heures de négociations. La dernière attaque est celle du 22 janvier 2012 où certains ouvriers de la société ont été enlevés puis libérés, a-t-il expliqué. Par ailleurs, il est reconnu que dans toutes les attaques de la LRA, les personnes enlevées ont été libérées après quelques heures ou quelques jours, et non tuées. Le 22 mars, 13 corps ont été retrouvés dans une mine de diamants et d’or à Bakouma, par le personnel de la société de Safari CAWA. Après enquêtes, le propriétaire de la société, le Suède Erik Mararv et un de ses coéquipiers le britannique David Simpson ont été arrêtés et se trouvent encore à la prison de Ngaragba, avec 11 de leurs employés. Il convient de préciser que les 11 employés incarcérés avec leur patron sont les chefs des camps de la société safari CAWA, les plus proches de la zone où les corps ont été découverts, ainsi que des tireurs d’arc qui ont pour mission, selon Safari, de sensibiliser les éleveurs peulhs à ne pas traverser la zone de chasse.

 



Commentaire


Retour en haut