Archive

Meilleure cohabitation entre éleveurs tchadiens et agriculteurs en RCA

Le HCR initie une concertation transfrontalière entre les deux communautés dans les deux pays

 

A líinitiative du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en RCA, une concertation entre les autorités tchadiennes et centrafricaines síest tenue à Batangafo, pour essayer díendiguer la situation de conflit récurrent qui prévaut entre éleveurs tchadiens et agriculteurs autour de Batangafo, dans la Préfecture de líOuham, et qui a déjà causé le déplacement de quelques 4000 centrafricains, la destruction de nombreux villages et díimportantes pertes en vies humaines de part et díautre des protagonistes. Au cours de cette concertation, les autorités des deux pays ont visité líensemble des sites et villages des déplacés internes autour de Batangafo, et se sont entretenues avec ces populations, ainsi que les représentants des éleveurs tchadiens, avant díavoir une rencontre générale avec les parties en conflit pour rechercher ensemble des solutions permettant díéviter de telles situations à líavenir, explique Daniel Bangui, Chargé de Protection au Bureau du HCR à Kaga Bandoro, et observateur de cet Agence lors de cette concertation. Dans le seul village de Ngapalé, situé à 17 kilomètres de Batangafo, sur líaxe Batangafo-Ouandago, les délégations centrafricaines et tchadiennes ont pu constater quelques 80 maisons totalement détruites.

 


© lefaso.net
La «Déclaration de Batangafo» a été signée
A líissue de ce conclave, une déclaration dite «Déclaration de Batangafo», engage les deux Etats à prendre des mesures qui garantissent la paix et la sécurité dans la zone. Il síagit, pour la partie centrafricaine, de démanteler les groupes díautodéfense armés, díencourager le retour des civils dans la dignité dans leurs villages díorigine, de réactiver le mécanisme de règlement de conflits entre éleveurs et agriculteurs, de garantir la sécurité des personnes et des biens sur le territoire de la RCA, et díassurer la mise en úuvre et le suivi de ces recommandations à travers le Comité National Permanent de Concertation et de Coordination pour la Gestion des Droits des déplacés internes. La partie tchadienne elle, síest engagée à désarmer les éleveurs armés, à éviter les représailles des éleveurs sur les populations civiles en privilégiant la voie de la concertation et du dialogue, à encourager les éleveurs à respecter les zones de pâturages, et à communiquer líidentité des groupes transhumants aux autorités locales centrafricaines pour en assurer le bon encadrement.

Par ailleurs, la «Déclaration de Batangafo» demande à la Communauté Internationale díappuyer le Comité National Permanent de Concertation et de Coordination pour la Gestion des Droits des déplacés internes pour leur retour et leur réintégration dans leurs villages díorigine. Pour Madame Annette Nyekan, Représentante du HCR en RCA, cette première concertation en son genre marque un pas important dans la recherche des solutions au phénomène de déplacement dans ce pays. «Au niveau du HCR, tout notre souhait est de voir les différents engagements respectés par les deux Etats, et nous sommes disposés à les y accompagner», déclare-t-elle.

 



Commentaire


Retour en haut