Archive

Centrafrique: Formation des journalistes au traitement de líinformation humanitaire

Le séminaire de formation síest tenu du 15 au 18 mai 2012 à líAlliance Française de Bangui

 

Líatelier était animé par Monsieur Perry Proellochs, délégué Communication du CICR Bangui et Monsieur Mame Less Camara, journaliste-analyste et enseignant au centre díétudes des sciences et techniques de líinformation de Dakar au Sénégal. Face à cette situation, des interrogations ont été enregistrées au sein de la population qui craint un regain de tension. Líintroduction au droit international humanitaire, la protection des journalistes en situation de conflit armé, le rôle des médias dans la protection des victimes des conflits armés, les aspects éthiques et déontologiques : collecte de líinformation, enjeux, relations avec les décideurs, la liberté éditoriale ou encore les techniques díécriture radio sous líangle humanitaire ont été abordés avec les journalistes venus díhorizons divers.

 


© journaldebangui.com
Mame Less Camara, journaliste-analyste et enseignant au centre díétudes des sciences et techniques de líinformation de Dakar au Sénégal
Pour Monsieur Mame Less Camara, le journalisme humanitaire emprunte naturellement les règles traditionnelles du journalisme dont il reprend les qualités de rigueur, de vérification de líinformation et de protection de sources. Le journalisme humanitaire, ajoute Mame Less Camara, se pratique sur le terrain par la couverture díévènements liés à des catastrophes naturelles comme les tremblements de terre, les tsunamis, les inondations, la sécheresse, la famine etc. Le journaliste humanitaire se doit donc de respecter líéthique et la déontologie dans sa quête díinformation humanitaire. Il devra de ce fait síentourer de certaines garanties et se préoccuper de sa sécurité et de celle des personnes avec lesquelles il entre en contact dans sa quête díinformation.

Ayant pour mission principale díinformer et de bien informer, le journaliste humanitaire comme le journaliste tout court doit être conscient de la nécessité díexercer ce travail avec sérieux, compétence et vigilance. Il ne cherche donc pas à plaire ou à faire mal à líun ou líautre des acteurs impliqués dans la réalité díune information quíil publie. Pour cela, il doit adopter une démarche professionnelle dans la collecte, le traitement et la diffusion de líinformation surtout quand celle-ci touche au domaine humanitaire.

 



Commentaire


Retour en haut