Archive

Football: Patrice Edouard Ngaïssona réélu président de la Fédération

Le 30 avril dernier, il a reçu le trophée «Bamara», le consacrant «homme de l’année» des mains du président du comité du trophée Bamara, Cyrille Mobilignawa

 

C’est sans surprise que les délégués de Bangui et ceux des provinces de la Fédération Centrafricaine de Football (FECAFOOT) ont réélu le 5 mai 2012, Patrice Edouard Ngaïssona à leur tête. Pour cinq autres années, presque tous les membres du bureau sortant de la fédération ont été reconduits à leurs postes. C’était au cours de l’assemblée générale ordinaire élective de la Fédération Centrafricaine de Football, tenue dans la salle de banquet de l’Assemblée Nationale à Bangui. Patrice Edouard Ngaïssona, Président réélu a déclaré qu’ «il a sollicité à nouveau le suffrage de l’assemblée, dans le but de parachever l’œuvre qu’il avait déjà entreprise durant son premier mandat. Pour lui, il est question de hisser encore plus haut le drapeau de la République Centrafricaine à travers le football. L’équipe en place mettra des bouchées doubles pour l’épanouissement du ballon rond centrafricain».

Le nouveau bureau de cette fédération se compose ainsi qu’il suit:
Président: Patrice Edouard Ngaïssona
1erVice-président: Célestin Yanindji
2èmeVice-président: Grégoire zowaye
Membre de la zone ouest: Fada Flavien Averel
Membre de la zone centre: Maximin Koussayo
Membre de la zone Est: Baba Nguida Aroun
Membre des arbitres: Hilaire Sébalet

 


© cap
Le président réélu de la FECAFOOT
Le bureau de la fédération compte également 7 membres ordinaires à savoir: Jean Marie Dickers Moudagna, Clément Ndombet, Germain Simplice Nguiamba, José Christian Loudoumon, Guy Marc Mokopété, Adiallo Mahmat Octave et Jean Claude Tomoro. A en croire la situation du football centrafricain à ce jour, il est à noter que cette équipe dirigeante a du pain sur la planche. Plusieurs compétions surtout internationales sont au rendez-vous notamment les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2013 et ceux de la Coupe du Monde. Ces campagnes se tiendront respectivement en Afrique du Sud et au Brésil. Les fauves centrafricains n’ont livré aucun match amical à l’issue des éliminatoires de la CAN-2012. A cela s’ajoute le retour dans son pays du coach français des fauves Jules Accorsi. Il avait décrié le non-respect des clauses de son contrat avec le gouvernement.

L’autre sujet qui continue de diviser est le bras de fer qui oppose le ministère de la Jeunesse des Arts et des Sports à la fédération du football. Le point d’orgue est la justification des dépenses allouées pour les dernières campagnes internationales auxquelles les Fauves ont pris part. Une exigence du gouvernement. Cette idée n’a pas rencontré l’agrément de la fédération. Dans une interview accordée à Radio Ndeke Luka à ce sujet, Patrice Edouard Ngaïssona avait déclaré qu’il ne pouvait pas justifier les fonds qui sortent de sa propre poche.

Par ailleurs le 30 avril dernier, le même président de la Fédération Centrafricaine de Football (FCF), Patrice Edouard Ngaïssona, a reçu un trophée dénommé «Bamara» en Sango ou lion en Français, le consacrant «homme de l’année» des mains du président du comité du trophée Bamara, Cyrille Mobilignawa. Celui-ci a signifié que son objectif est d’exhorter ses compatriotes à travailler avec assiduité et abnégation dans l’esprit de la recherche de l’excellence. Le président de la FCF Patrice Edouard Ngaïssona s’est réjoui d’avoir été désigné l’homme de l’année et a souligné que le trophée qui lui est octroyé est la résultante de tous les travaux abattus notamment par le bureau fédéral, les techniciens, les ligues, les clubs et les joueurs qui sont les artisans.

 



Commentaire


Retour en haut