Archive

Tchad-RCA, pour une coopération renforcée

Le Président tchadien Idriss Deby Itno a achevé une visite de travail de 48 heures en République Centrafricaine et a repris son avion à destination de N’Djaména la capitale tchadienne

 

L’entretien entre lui et le prédisent centrafricain François Bozizé a porté sur les questions de sécurité dans la sous région, la libre circulation des biens et des personnes, la transhumance et le commerce de bétails. A cette liste s’ajoutent l’intensification des échanges commerciaux, et notamment les perspectives d’approvisionnement du marché centrafricain en produits pétroliers, sans oublier l’intersection par fibre optique des réseaux de télécommunication entre les 2 pays. Une visite qui lui a permis de régler un certains nombre de problèmes qui divisent la classe politique centrafricaine. Idriss Deby Itno était accompagné dans sa visite par l’ancien président Burundais, Pierre Bouyoya, Médiateur dans la crise centrafricaine.

 


© presidencetchad.org
Les images de la visite du président tchadien à Bangui
Bangui doit dialoguer avec son opposition
«Il est temps que le gouvernement centrafricain ouvre un dialogue honnête, sincère et fraternel avec son opposition pour une avancée de la démocratie». C’est ce qu’a déclaré le président Idriss Déby Itno du Tchad à la fin d’une visite d’amitié de 48 heures en terre centrafricaine. A l’occasion de son séjour à Bangui, le Chef de l’Etat tchadien Idriss Déby Itno s’est entretenu avec les représentants des organisations internationales accrédités en Centrafrique, y compris les représentants des partis politiques de l’opposition. Selon Idriss Déby Itno, «le dialogue est la source de construction de toutes les sociétés humaines, c’est pourquoi les autorités de Bangui doivent ouvrir un dialogue franc avec l’opposition politique. Aucun objectif de développement ne peut être atteint sans ce concept. L’expérience tchadienne en matière de résolution de conflits par la violence à démonter ses limites. Un tel exemple mérite d’être transposée en République Centrafricaine afin d’asseoir une cohésion sociale».

Au nombre de ces sujets se sont greffés l’intensification des échanges commerciaux, et notamment les perspectives d’approvisionnement du marché centrafricain en produits pétroliers, sans oublier l’intersection par fibre optique des réseaux de télécommunication entre les 2 pays. Il est à signaler que la RCA et le Tchad partage il y a belle lurette un lien historique de vie commune: plusieurs communautés de ses 2 pays sont dissimulés de part et autre. A titre d’exemple, l’activité commerciale de la RCA est tenue en majorité par la colonie tchadienne. Outre ces liens, les 2 pays se protège mutuellement leurs frontières. Pour preuve, en janvier dernier les troupes tchadiennes et centrafricaines avaient traqué les rebelles du général tchadien Baba Ladé. Des opérations menées dans les localités deOuandago et Gondava (nord). Au plan politique par exemple, c’est le Tchad qui a été en 2003, la base arrière de l’actuel président centrafricain François Bozizé, alors qu’il menait un coup d’Etat contre le régime du défunt président Ange-Félix Patassé. Le numéro 1 tchadien a été accompagné dans sa mission de Pierre Buyoya, médiateur dans la crise centrafricaine, émissaire de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) auprès du président François Bozizé.

 



Commentaire


Retour en haut