Archive

Centrafrique: Démarrage de la campagne économique et agricole

Toutes les seize préfectures de la République sont concernées díaprès le ministre de líAgriculture et du Développement, Fidèle Gouandjika

 

«La campagne économique et agricole démarrera le 2 mai prochain dans les seize préfectures de la République Centrafricaine» a-t-il annoncé à la presse. Dans le souci de relancer les activités agropastorales, a précisé le ministre Fidèle Gouandjika, les ministres résidents animeront cette campagne avec la participation des autorités administratives locales, les techniciens díagriculture et les députés de la localité en vue de relever le défi fondamental qui est celui de la réduction de la pauvreté et la sécurité alimentaire. Toutefois, il a déclaré quíau cours de cette campagne économique et agricole certains thèmes feront líobjet de sensibilisation entre autres de la mise en úuvre des programmes et de la réhabilitation des tronçons routiers afin de favoriser la circulation des personnes et des biens; la mise en úuvre effective du démantèlement des barrières illégales installées sur les voies routières, et enfin dí inciter à la mobilisation générale des producteurs dans la relance des activités agropastorales.

 


© bio-mag.fr
Le coton de RCA
En faisant état de la quantité de production du coton, le ministre Fidèle Gouandjika a indiqué que la production de celui-ci a régulièrement augmenté passant successivement de 900 tonnes en 2008-2009; de 9.300 tonnes en 2009-2010; de 10.500 tonnes en 2010-2011; de 22.000 tonnes en 2011- 2012. Selon lui, les récoltes ont été payées à la satisfaction des producteurs. Il a ajouté que les usines díégrenage de coton de Bambari, Bossangoa et de Guifa ont été réfectionnées et renforcées. Les pôlesde développement agricoles de Kaga-Bandoro, Bambari, Paoua, Bouar, Mbaïki, Nola et Berberati ont été également équipés en motoculteur y compris la fourniture des engrais, des insecticides et herbicides. Síagissant du café, il a souligné que le prix du café coque est passé de 60 f le kilo en 2009-2010, à 185 f le kilo en 2010-2011 puis à 200 f le kilo en 2012. Pour les cultures vivrières, a-t-il conclu, plusieurs actions de relance ont été exécutées à travers la mise en úuvre des différentes actions négociées et obtenues par le gouvernement sous financement de plusieurs partenaires au développement.

 



Commentaire


Retour en haut