Archive

Congo-Brazza: Les victimes centrafricaines de Mpila broient du noir

En plus du nombre important des morts, líon enregistre des Centrafricains sans abris et vivant dans des conditions désastreuses à Brazzaville

 

A la suite des explosions qui ont eu lieu à Brazzaville au Congo dans le camp Mpila le 4 mars dernier, plusieurs personnes de nationalité centrafricaine ont été victimes de cette catastrophe. En plus du nombre important des morts enregistrés, líon peut aussi compter des Centrafricains aujourdíhui sans abris et vivant dans de mauvaises conditions à Brazzaville. Selon une correspondance, des Centrafricains louaient des appartements sur le site de Mpila. Avec líexplosion, plusieurs díentre eux ont été touchés et líon dénombrerait plus de 200 décès.

 


© journaldebangui.com
Les sinistrés centrafricains de Mpila au Congo-Brazza
Cependant, plusieurs autres centrafricains dont des femmes et des enfants, ont subi des dégâts considérables de líexplosion. Leurs habitations ont été détruites et certains sont physiquement touchés, etc. Au lendemain de la catastrophe, le gouvernement centrafricain a daigné venir au secours de ses ressortissants en leur fournissant des vivres. Le gouvernement congolais a aussi tenu à prendre en charge à hauteur de 3.000.000 FCFA les victimes, surtout celles qui y résident en situation régulière. Certains ont été installés dans des camps. Malheureusement, pour díautres cíest la galère totale. Des nuits passées au clair de lune, pas de ravitaillement en vivres, les soins médicaux difficiles, etc. Tel est le quotidien de ces Centrafricains, face au silence du gouvernement centrafricain qui a pourtant un département chargé des Centrafricains de líétranger.

 



Commentaire


Retour en haut