Archive

L'OCDH demande une enquête judiciaire pour coups et blessures sur Joseph Bendounga au Palais de la Renaissance

Voici la déclaration de líOrganisation

 

Cíest avec une grande consternation que líObservation Centrafricain des Droits de líHomme (OCDH) a appris líincident qui síest produit ce jour, mardi 19 octobre 2010 au Palais de la Renaissance en présence des Représentants de la Communauté internationale et des Forces Vives de la Nation invités par le Chef de líEtat à prendre part à une concertation relative au processus électoral en cours en République centrafricaine. En effet, Monsieur Joseph BENDOUNGA, Président du MDREC, Parti politique légalement reconnu, a été , à cette occasion, victime de violences graves, notamment de coups et blessures portés sur sa personne par des éléments de la Sécurité présidentielle après que le Chef de líEtat, refusant de lui donner la parole, a insisté pour quíil se retire de la salle de réunion.

 


© centrafrique business
Me Mathias Barthélemy Morouba
LíOCDH se permet de rappeler quíaux termes de líarticle 1er de la Constitution du 27 décembre 2004, «La personne humaine est sacrée et inviolable. Tous les agents de la puissance publique, toute organisation, ont obligation absolue de la respecter et de la protéger». Un tel acte perpétré en présence de la Communauté internationale et au sein du Palais de la Renaissance prend assurément une dimension dramatique. Il vient consacrer les multiples cas díagression et de violations des droits de líhomme commis par les éléments de défense et de sécurité sur de paisibles citoyens, régulièrement dénoncés.

LíOCDH ne saurait comprendre que des personnalités invitées en ce haut lieu de la République pour débattre díune question si hautement vitale pour le devenir de notre pays, puissent subir de tels traitements inhumains et dégradants. LíOCDH sollicite líouverture díune enquête judiciaire pour déterminer les responsables afin que justice soit rendue.

 



Commentaire


Retour en haut