Archive

Centrafrique: Parité entre les hommes et les femmes

Le projet de loi a été validé sous líinstigation du ministère des Affaires sociales

 

Cíest le Directeur de Cabinet du ministère des Affaires sociales, de la Solidarité nationale et de la Promotion du genre, Georges Mbaga, qui animait un atelier au cours duquel, il a exhorté les participants à être attentifs au processus et à toutes les étapes du projet. Líatelier de validation du projet de loi sur la parité entre les hommes et les femmes en République Centrafricaine, qui se tenait à Bangui, avait pour but de soumettre à examen le projet du document initial, appelé à être déposé très bientôt sur la table de líAssemblée nationale. A líoccasion de la Journée Internationale de la Femme le 8 mars dernier, le gouvernement de la République Centrafricaine, à travers le ministère des Affaires sociales, de la Solidarité nationale et de la Promotion du genre, a élaboré ledit projet de loi portant sur la parité entre les hommes et les femmes en République Centrafricaine.

 


© acap-cf.info
Les participants à l'atelier
Ce projet de loi a fait líobjet díun plaidoyer auprès des autorités politiques et des partenaires au développement. Líambition que cache ce projet de loi est de parvenir à réduire sinon éliminer toutes les formes de discrimination fondées sur le sexe, que ce soit en milieu familial, au sein des communautés, dans les organisations étatiques et non étatiques, les instances de décision ou en tout autre lieu. Le projet de loi sur la parité entre les hommes et les femmes en République Centrafricaine est bâti autour de trois titres et une dizaine díarticles. Le premier titre, sur les dispositions générales, comprend les chapitres sur la définition et le champ díapplication. Le titre II, sur le principe de la parité, níest doté que díun seul chapitre. Enfin, le titre III, sur les dispositions transitoires, pénales et finales, traite des chapitres portant sur le principe de quota, líobservatoire national, les dispositions pénales et les dispositions finales.

 



Commentaire


Retour en haut