Archive

Centrafrique: Joie dans le camp de líAPRD à Paoua

La nouvelle de libération de M. Jean Jacques Démafouth, cíest le soulagent dans les rangs des combattants désarmés

 

Líincertitude qui planait dans la famille les combattants des Armées populaires pour la restauration de la Démocratie (APRD) suite à líarrestation du leader de ce mouvement politico-militaire síest soudainement dissipée à líannonce de sa libération quoique provisoire. Le Capitaine Lucien Mbaïgoto qui se trouvait au moment même dans la localité joint par la rédaction du quotidien LíHirondelle a fait part díun grand soulagement parmi les combattants désarmés. Cette détente se justifie par la suite à donner au programme de Désarmement démobilisation et réinsertion (DDR) dans lequel ces combattants sont engagés.

 


© acap-cf.info
Vue des élements d'un poste de commandement de l'APRD (2009)
Après le désarmement, ils attendent de pieds fermes la suite du DDR, tant il est question díun retour réussi dans la vie sociale, donc une réinsertion effective. La détention de Démafouth était pour eux une source de désespoir. Mais, maintenant il y a lieu díespérer díoù líenthousiasme enregistré à Paoua. Preuve que pas un seul combattant níest animé par la rhétorique de guerre. Jean Jacques Démafouth, président de la Nouvelle alliance pour le progrès (NAP), président de líAPRD et premier vice-président du comité de pilotage DDR; Abrass, Ndjono et Abdel Kader tous trois cadres de líUnion des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) ont été accusés de tentative díatteinte à la sureté intérieure de líEtat, arrêtés et écroués depuis le 6 janvier 2012. Après trois mois de détention préventive, ils ont été remis en liberté provisoire le 11 avril dernier.

 



Commentaire


Retour en haut