Archive

Olympisme: Mme Margueritte Kofio à la conférence des comités nationaux

Elle est la présidente de líOrganisation des femmes centrafricaine (OFCA) et revient de Moscou en Russie

 

En sa qualité de membre du comité national olympique et sportif centrafricain (CNOSCA), elle a participé à la 18ème conférence internationale de líassociation des comités nationaux olympiques qui vient se díachever à Moscou en Russie. Ancienne sportive et passionnée du sport, Mme Marguerite Koffio siège au CNOSCA au nom de la femme centrafricaine. Cíest en cette qualité quíelle a été désignée par M. Jacob Gbetti, président du CNOSCA, pour représenter le comité olympique national à cette conférence internationale qui regroupe plus de 200 comités nationaux, et se tenait sous le thème: «Femme et sport».

 


© journaldebangui.com
Mme Koffio siège au CNOSCA au nom de la femme centrafricaine
Mme Koffio a représenté la femme centrafricaine à cette croisade internationale à un moment critique du sport féminin centrafricain. En effet, la réalité du sport féminin aujourdíhui en République centrafricaine est que les femmes ne síintéressent pas ou presque au sport. Si au CNOSCA siègent quelques femmes y compris dans la commission nationale díarbitrage, celles-ci sont quasiment absentes dans les instances fédérales des différentes disciplines sportives qui se pratiquent en République centrafricaine. Pourtant, une politique préférentielle est pratiquée à leur intention par les structures faîtières internationales du sport.

Néanmoins, à Bangui, des structures embryonnaires de sport féminin existent tant bien que mal. En ce qui concerne le football par exemple, le championnat féminin síorganise chaque année avec les dix équipes et les matchs se déroulent tous les week-ends sur le terrain de líuniversité de Bangui. Dans certaines disciplines telles que líathlétisme, le basket-ball, le handball, etc., les talents ne manquent pas. Il suffit de les détecter, de les organiser et de les promouvoir par une politique adéquate. Gageons donc que la sollicitude des instances supérieures du football mondial et la présence de Koffio à Moscou permettront à la République centrafricaine de capitaliser les opportunités pour le développement du sport féminin au niveau national.

Líinvitation du sport féminin centrafricain à Moscou est la deuxième du genre, après celle de Frankfort en Allemagne en 2011 sur líimplication des médias dans la promotion du football féminin, à laquelle avait répondu Mme Jeannette Imindji, ancienne responsable du football féminin au sein de la fédération centrafricaine de football.

 



Commentaire


Retour en haut