Archive

Centrafrique: Les enfants meurent danémie à Boali

Lalerte à été généralisée à la suite du décès dun troisième enfant dans la ville située à une centaine de kilomètres de Bangui

 

Lanémie sévit chez des enfants de moins de 5 ans à Boali - 95 kilomètres nord de Bangui. Un troisième enfant vient de décéder à lhôpital de cette ville par cette maladie provoquée par la baisse croissante du sang. Lalerte a été généralisée. Du 9 au 11 avril dernier au moins 10 enfants sont admis à lhôpital de Boali. Les parents nont que leurs yeux pour pleurer. Car, lhôpital en question ne dispose pas assez de moyens pour assurer une bonne prise en charge, a expliqué le correspondant de la Radio Ndeke Luka sur place. Interrogée, un des responsables de cette structure sanitaire a affirmé que cette crise de lanémie est de forme neurologique. Elle est accompagnée du paludisme grave avec des convulsions. Toutefois, a-t-elle regretté, certains parents arrivent tardivement avec leurs enfants atteints par cette maladie dans la formation sanitaire. Ce qui complique la prise en charge. Par ignorance et face à ces convulsions, dautres parents assimilent ces convulsions à lépilepsie ou encore à des pratiques de sorcellerie. Même les traitements prescrits par les professionnels de santé ne sont pas respectés. Elle a conclut que les autorités sanitaires sont toujours mises au courant. Parents de malades ou les malades eux mêmes attentent une suite favorable de Bangui pour une bonne prise en charge.

 


© msf.org
Une maman et un de ses enfants
Par ailleurs, si les enfants décèdent à Boali, à Berberati (ouest), ce sont les caprins qui sont frappés dune maladie. Au moins une dizaine de cabris sont déjà tués dans la ville par lépidémie dune peste de petits ruminants. La maladie, se manifeste par la diarrhée, des baves, des écoulements nasaux suivi du décès. La population a même peur de consommer les caprins. Seulement, la ville ne dispose pas un plateau technique adéquat pour faire face à cette épidémie. Un responsable du service vétérinaire de la localité indique que le traitement de lépidémie est préventif. Il conseille dailleurs aux éleveurs disoler ou déliminer les bêtes atteintes de cette maladie afin de minimiser le risque de la propagation. Il y a 1 mois à Bozoum (nord-ouest), une épidémie similaire avait tué une vingtaine de porcs. La population sen est copieusement régalée, ignorant tous les dangers au plan sanitaire.

 



Commentaire


Retour en haut