Archive

Braconnage: LíAfrique centrale préoccupe les Etats-Unis

Un atelier régional de lutte contre ce fléau se tient depuis le 3 avril à Libreville au Gabon

 

Communiqué
Cíest un communiqué divulgué par líambassade des Etats-Unis au Cameroun qui donne líinformation. Líatelier est présidé par les ambassadeurs Laurence Wohlers de la République centrafricaine et Eric Benjaminson du Gabon. Tandis que leur compatriote du Cameroun, Robert P. Jackson assure la modération des travaux. «L'Atelier sous-régional pour líAfrique centrale sur le trafic d'espèces animales et le démantèlement des réseaux illicites transnationaux» comprend environ 100 à 150 participants, essentiellement des responsables issus du gouvernement et des forces de líordre en provenance du Cameroun, de la République centrafricaine, du Gabon, du Tchad, du Congo, de la République Démocratique du Congo et de la Guinée Equatoriale, ainsi que certains dirigeants d'organisations environnementales úuvrant activement sur le plan régional. L'atelier est une réaction aux préoccupations croissantes de la communauté internationale pour l'application de la loi concernant les menaces posées par les réseaux criminels et illicites qui pratiquent le braconnage et le trafic d'espèces protégées en voie de disparition, en particulier des éléphants. Le braconnage et le trafic d'espèces sauvages sont des activités criminelles lucratives étroitement liées à d'autres réseaux illicites compromettant la sécurité et la stabilité des économies en Afrique centrale. Ce qui entrave les stratégies de développement durable, dont les efforts visant à préserver les ressources nationales et à promouvoir l'écotourisme dans la région.

 


Les grands gorille d'Afrique centrale menacés
Renforcement des stratégies locales
Cet échange de renseignements entre les représentants des forces de líordre et les responsables de la lutte contre le braconnage en Afrique centrale est une étape importante vers le renforcement des stratégies locales et régionales et vers la création de plateformes de collaboration pour lutter contre le braconnage et le trafic. Le département d'Etat des Etats-Unis, à travers son bureau des affaires internationales de stupéfiants et de répression, ceux des programmes criminels, des océans et des affaires environnementales et scientifiques internationales, de l'écologie et de la conservation, et le gouvernement gabonais ont constitué un appui important pour la mise en place de cet atelier. Le département d'Etat des Etats-Unis a été à l'avant-garde des efforts internationaux dans le domaine du développement de partenariats mondiaux pour la lutte contre le commerce illégal d'espèces sauvages et pour le démantèlement de réseaux transnationaux illicites. En 2005, il a lancé la coalition contre le trafic d'espèces sauvages qui travaille pour mettre fin à leur commerce illégal à travers l'amélioration de la capacité des forces de l'ordre, la réduction de la demande et l'accélération de l'action politique. En úuvrant pour établir un système mondial de réseaux régionaux de lutte contre la fraude en matière d'espèces sauvages, le département d'Etat, en collaboration avec l'Agence américaine pour le développement international (Usaid) et des partenaires internationaux, a contribué à former des réseaux régionaux de protection de la faune en Asie du Sud-Est, en Asie du Sud, et en Amérique centrale.

 



Commentaire


Retour en haut