Archive

Le prochain forum international sur le marché financier se tient au Congo

Le thème sera "La bourse au service du financement des entreprises de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC)"

 

Le Congo Brazzaville va abriter, du 1er au 3 décembre prochain, un forum international sur le marché financier de l'Afrique centrale (JMFAC) sous le thème "La bourse au service du financement des entreprises de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC)". Cette information émane de la Commission de surveillance du marché financier de l'Afrique centrale (COSUMAF). Ces journées d'échange verront la participation de deux cent cinquante professionnels des finances originaires des six pays de la zone CEMAC, ainsi qu'une vingtaine d'experts français, marocains, tunisiens et des pays de l'Union économique et monétaire de l'Afrique de l'ouest (UEMOA).

 


© presidencetchad.org
Les chefs d'Etats de la Cemac
Selon les organisateurs, les débats devraient permettre aux participants de poser clairement la problématique du financement des investissements par recours au marché financier, de définir avec précision le mode d'emploi concernant la préparation d'introduction en bourse et d'examiner toutes les mesures en ce qui concerne la promotion du développement du marché financier en Afrique centrale. Cette manifestation d'envergure constituera le point d'orgue des activités de la COSUMAF en 2010, une année considérée comme celle qui marquera l'éclosion d'une zone CEMAC émergente. Notre ambition est de faire jouer au marché financier de l'Afrique centrale un rôle de premier plan en matière de financement de cette croissance annoncée et de satisfaire de manière substantielle les besoins de capitaux que requiert l'exécution du Programme économique régional ( PER), a expliqué le président de la COSUMAF, Alexandre Gandou. Le premier forum s'est en 2009 à Libreville au Gabon. La CEMAC regroupe le Cameroun, la République Centrafricaine (RCA), le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad.

 



Commentaire


Retour en haut