Archive

Les Etats-Unis organiseront un atelier sur le braconnage en Afrique centrale

Líannonce de l'ambassade des Etats-Unis au Gabon indique quíil se tiendra du 3 au 5 avril prochain à Libreville

 

Les Etats-Unis, en partenariat avec le gouvernement gabonais, organiseront à Libreville du 3 au 5 avril prochain, un atelier sur la gravité croissante du braconnage et du trafic d'espèces protégées en voie de disparition dans la région. L'atelier sous-régional pour l'Afrique centrale sur le trafic d'espèces animales et le démantèlement des réseaux illicites transnationaux regroupera environ 100 à 150 participants, essentiellement des responsables issus du gouvernement et des forces de l'ordre en provenance du Cameroun, de la République centrafricaine, du Gabon, du Tchad, du Congo, de la République démocratique du Congo et de la Guinée Equatoriale, ainsi que certains dirigeants d'organisations environnementales úuvrant activement sur le plan régional.

 


© ifaw.org
Céline Sissler-Bienvenue, Directeur d'IFAW France et responsable des projets en Afrique occidentale et centrale sur le terrain
L'ambassadeur Laurence Wohlers (République centrafricaine) et l'ambassadeur Eric Benjaminson (Gabon) co-présideront l'atelier dont la cérémonie d'ouverture sera présidée par le chef de l'Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba. L'atelier est une réaction aux préoccupations croissantes de la communauté internationale pour l'application de la loi concernant les menaces posées par les réseaux criminels et illicites qui pratiquent le braconnage et le trafic d'espèces protégées en voie de disparition, en particulier des éléphants, indique le communiqué. Les participants issus d'organisations internationales telles qu'INTERPOL, CITES, et TRAFFIC recommanderont les meilleures pratiques à mettre en úuvre", ajoute le texte selon lequel "certains participants seront issus de pays en demande tels que la Chine et la Thaïlande. En 2005, le département d'Etat des Etats-Unis a lancé la coalition contre le trafic d'espèces sauvages qui travaille pour mettre fin à leur commerce illégal à travers l'amélioration de la capacité des forces de l'ordre, la réduction de la demande et l'accélération de l'action politique.

 



Commentaire


Retour en haut