Archive

Cyrus Sandy contre le Haut commissaire centrafricain aux droits de líHomme

La correspondance est adressée par Cyrus Emmanuel Sandy, DP de «Medias+» au ministre díEtat chargé des Affaires présidentielles, Michel Gbezera Bria

 

Elle porte en objet sur líaffaire des viols et braquages commis par les soldats tchadiens à Ndélé dans la nuit du 3 au dimanche 4 février 2012, après líopération conjointe des Forces armées centrafricaines et tchadiennes contre les éléments du chef rebelle tchadien Baba Laddé. Informations publiées dans les colonnes du journal Medias +. Dans cette correspondance à charge, le sieur Sandy se plaint et dément le «soi-disant démenti» du Haut commissaire centrafricain des Droits de líhomme, sur les faits rapportés par son organe. Démenti radiodiffusé les 5 et 6 mars sur les ondes de Radio Centrafrique suite à une mission éclair menée par le Haut commissaire centrafricain des droits de líhomme à Ndélé qui déclare solennellement que «les informations relatives aux viols et braquages commis par les soldats tchadiens et rapportées par Medias + sont dénuées de tout fondement». «Très franchement, je me plaints. Je me plaints de cette manière cavalière et légère que votre collaborateur a prise pour tenter de faire son démenti. Je dis que ce níest quíune tentative puisque le Haut Commissaire nía encore rien démenti. Je déments donc son soi-disant démenti», a écris Cyrus Emmanuel Sandy dans la correspondance adressée au ministre díEtat en charge des affaires présidentielles».

 


© journaldebangui.com
Cyrus Emmanuel Sandy, DP Media+
Pour le Directeur de Publication du Journal «Medias+», et afin que toute la vérité soit sue sur cette affaire, le ministre díEtat en charge des affaires présidentielles devrait faire organiser à Ndélé, une mission mixte composée de la Présidence de la République (Haut Commissariat aux droits de líhomme, Bureau national de documentation); líAssemblée nationale, la Primature, les ministères de la justice, des affaires étrangères la défense nationale, la sécurité publique, líadministration du territoire, les affaires sociales, la santé publiqueÖ), le Conseil National de la Médiation, les organisations nationales et internationales des droits de líhomme, les médias publics et privés sans exception, les partenaires au développement, le confessions religieusesÖ

En outre, le ministre díEtat devrait aussi instruire le Haut commissaire centrafricain des droits de líhomme, de rendre public son rapport de mission de vérification à Ndélé, organiser un débat public radiotélévisé retransmis en direct entre le Haut commissaire aux droits de líhomme et le Directeur de publication du Journal Medias + puis organiser une table ronde radiotélévisée retransmise en direct pour restituer le compte rendu de la mission mixte de vérification à Ndélé et faire publier dans les journaux de la place, le compte rendu final de la mission. Sur la même question des viols et braquages qui auraient été commis dans les zones de conflits entre les forces loyalistes centrafricano-tchadiennes et les rebelles du FPR du général rebelle Baba Laddé, le Démocrate Joseph Bendounga avait déjà écris au Chef de líEtat pour quíil autorise la descente des leaders politiques, des organisations de la société civile, les pouvoirs publics et la presse dans son ensemble/ Mais les autorités centrafricaines y avaient réservé une fin de non recevoir.

 



Commentaire


Retour en haut