Archive

Robert Nkili sur les corridors Douala-Bangui et Douala-Ndjamena

Le nouveau ministre des transports camerounais a fait la rencontre des acteurs du secteur de nationalités tchadiennes et centrafricaines

 

Robert Nkili est passé par le BGFT (Bureau de gestion et fret terrestre) sis en face le palais Dika Akwa. Le bâtiment est occupé par des transporteurs camerounais, centrafricains et tchadiens. La visite du ministre était conduite par El Hadji Oumarou, coordonateur du BGFTí. Il nous a rassuré que toutes les préoccupations qui ont été soulevées seront examinées dans un délai bien précis et nous aurons une réponse satisfaisante assure El Hadji Oumarou. Certains tchadiens de la ville veulent aussi en finir avec la précarité sécuritaire sur les axes de circulation des marchandises et véhicules en partance pour Ndjamena. Les risques de se faire arnaquer en chemin sont grands. Il aurait pu retracer notre quotidien et les difficultés rencontrées par les transporteurs lâche un transitaire tchadien. Les transporteurs prétendent avoir été déçus par le propos de leur représentant. Nous nous attendions à mieux indique un transporteur Tchadien.

 


© Journalducameroun.com
Une visite de chantier à Douala par le ministre camerounais des transports
BARC saute sur líoccasion
Le représentant du Bureau díaffrètement routier centrafricain(BARC) a profité de la visite du nouveau ministre des transports pour demander la relecture de la convention de 1999 entre la Rca et le Cameroun relative au transport terrestre. Célestin Nono Mobiri síest voulu offensif. Depuis la signature des conventions en matière de transport de marchandises entre nos différents Etats, les organes de gestion du fret terrestre ont connu un essor favorable proportionnel à líévolution économique de chaque pays, síest-il exprimé à Douala. Cependant quelques handicaps longtemps combattus persistent toujours dans líengrenage ajoute le représentant des transporteurs centrafricains du Cameroun. Célestin Nono Mobiri parle des tracasseries policières et la lourdeur des procédures aux chargements des camions. Ces facteurs pénalisent les transporteurs et jouent leur vitesse de rotation pour les livraisons des marchandises à délais souligne-t-il. Ensuite,il suscite líidée díune réunion interministérielle avec les différents départements concernés, «pour éradiquer ces fléaux qui gangrènent le transport terrestre».

 



Commentaire


Retour en haut