Archive

Centrafrique: Incursion des bandits armés dans trois villages du nord

Ces différentes incursions ont eu lieu le lundi 12, mercredi 14 et samedi 18 février 2012, causant des dégâts tant humains que matériels.

 

Les habitants de quatre villages situés entre Mbrés et Ndélé ont essuyé différemment des incursions des hommes armées. Depuis líaprès offensive des forces armées centrafricaines et tchadiennes contre les bases du front populaire pour le redressement (FPR) de Baba Laddé, les habitants des villages environnants la ville de Mbrés sur líaxe Mbrés-Ndélé mais aussi certains villages et communes du pays ne cessent díêtre attaqués par les rescapés de cette offensive. Même si aujourdíhui les forces armées centrafricaines continuent de sillonner les zones que contrôlaient le FPR, cela níempêche pas ces éléments aujourdíhui constitués en de petits groupes de bandits de síen prendre à la population civile.

 


Les petits groupes de rebelles continuent de faire la loi dans des villages du Nord
La semaine passée (12 Ė 19 février) a été la plus mouvementée mais aussi sanglante au nord de la République centrafricaine. Ceci à cause de nombreuses incursions signalées des éléments du FPR dans la région. Le lundi 12 février dernier, alors que les bandits armés síattaquaient au village Gayo vers Ngrevaye, les forces armées centrafricaines (FACA) ont intervenu, faisant déclencher un affrontement qui a duré plusieurs minutes opposant les FACA au FPR. Pas plus tard que le samedi 18 février 2012 à 19 heures, ces éléments ont envahi le village Linguiri, ayant dépouillé les habitants à travers líopération case par case. Au cours de cette incursion, il y aurait eu des blessés dont 2 cas graves car selon les informations disponibles, les habitants entêtés sont fouettés, torturés, etc. Tous les espoirs restent tournés vers le gouvernement par le biais du ministère de la défense. On attend quíil mette tous les moyens en úuvre pour faire régresser ce système de banditisme dont excellent les rescapés de líoffensive contre le FPR.

 



Commentaire


Retour en haut