Archive

Centrafrique: sit-in des ressortissants de líENS devant la Primature

Ils ont manifesté pour réclamer leur intégration dans la Fonction Publique

 

Les ressortissants de líEcole Normale Supérieure ont solennellement demandé ce mardi, 21 février 2012, leur intégration dans la Fonction publique de la République Centrafricaine. On ne forme pas pour le plaisirÖ Intégrez nous! Depuis 2003, 9 ans díattente, cíest trop!, pouvait-on lire sur les banderoles brandies par le Collectif des enseignants ressortissants de líENS (Ecole Normale Supérieure). Selon M. Ferdinand Bédala, Président du Collectif des enseignants ressortissants de líENS, cíest depuis 2003 que nous avions finis à líEcole Normale Supérieur et nous attendons en vain notre intégration dans la Fonction publique Centrafricaine. Nous avions été formés pour former à notre tour ceux qui seront les futurs cadres du pays mais nous níavions pas été formés pour nous asseoir sur les bancs comme nos élèves.

 


© journaldebangui.com
Les manifestants et leurs banderoles
Le mouvement des enseignants ressortissants de líENS intervient quelques semaines après la montée au créneau díun autre Collectif des jeunes enseignants vacataires de líUniversité de Bangui qui exigeait du gouvernement le respect de la parole donnée. Le gouvernement centrafricain qui avait pourtant suspendu les intégrations dans la fonction publique jusquíà nouvel ordre, fait intégrer ponctuellement et ce, en coulisses, certains jeunes díobédience KNK, ce qui met en boule les autres intégrables qui dénoncent le sectarisme volontiers du gouvernement centrafricain. Qui est plus centrafricain que qui dans ce pays pour que seuls ceux qui sont proches du parti au pouvoir puissent bénéficier de la cooptation qui síopère par ci et là ? Doit-on tous devenir des militants du parti présidentiel pour espérer une possible intégration dans la fonction publique?, síinterroge un autre enseignant sous couvert de líanonymat. Le Collectif des enseignants ressortissants de líENS prévoit une grève díavertissement de trois jours à compter du 27 février 2012.

 



Commentaire


Retour en haut