Archive

Centrafrique: Un Général percute mortellement un petit garçon

Le drame est M. Hassan, 6 ans, a été mortellement percuté dans l’après midi du dimanche 19 février 2012. Il ne serait pas la seule victime!

 

Il était 16 heures 30 minutes quand la voiture du Général député d’un arrondissement de Bangui, longeant le canal Saye voir juste sur l’Avenue Koudoukou a percuté ce jeune garçon. Le Général dans un état second n’arrivait même pas à se rendre compte qu’il avait percuté un petit garçon avec sa voiture. Les femmes musulmanes qui étaient tout juste proches du lieu de l’accident étaient venues le supplier de descendre de sa voiture et d’amener l’enfant à l’hôpital mais le Général-député était incapable de sortir de son véhicule. Les quelques courageux qui étaient présents sur le lieu du drame ont joints les éléments du Commissariat du 5ème Arrondissement de Bangui pour qu’ils viennent faire le constat de l’évènement mais, ils ont préféré ne pas intervenir laissant le corps inerte de l’enfant sur place plus de 30 minutes.

 


© journaldebangui.com
Les barricades instaurées par les jeunes du quartier
Affolés par ce comportement des forces de l’ordre, les jeunes du coin ont fait barricader la voie publique en brûlant des pneus pour manifester leur mécontentement. C’est alors en ce moment précis que les éléments de l’OCRB (Office Centrafricain de Répression du Banditisme) sont intervenus pour libérer la voie publique en tirant de balles réelles. Cette situation a mis en rogne les jeunes qui se sont livrés un temps à une guerre au caillou contre les éléments de l’OCRB. C’est inconcevable que la police puisse utiliser des balles réelles pour dissuader les gens qui ne font que manifester leur mécontentement par rapport à une situation dramatique. C’est quand même un enfant, un être humain qui a été tué et comme consolation, on nous envoie des forces de l’ordre pour nous tirer dessus. Nous sommes dans quel pays comme ça, s’exclame un des manifestants. Et si c’était l’enfant du Général qui a été mortellement percuté comme le petit Hassan, qu’en sera-t-il de la situation?, s’est interrogée une femme musulmane, de la famille de la victime.

Un peu plus en haut – au quartier Yangato toujours dans le 5ème Arrondissement de Bangui, le même conducteur, toujours selon certaines sources, aurait percuté un jeune pousseur. Amené d’urgence à l’hôpital, le jeune aurait rendu l’âme au petit matin de cette journée du 20 février 2012. Ce qui porte à deux, le nombre de victimes innocentes du Général député de son état qui jouit malgré tout de l’immunité parlementaire. Ce qui le soustrait naturellement des poursuites judiciaires. Pour une conduite en état d’ivresse avancée, deux centrafricains innocents perdent ainsi leurs vies pourtant «sacrées» comme le prévoit l’article 1er de la Constitution centrafricaine du 27 décembre 2004.

 



Commentaire


Retour en haut