Archive

Show-biz: Koffi accusé de viol

Une information judiciaire a été ouverte dans un tribunal français, líentourage de líartiste musicien parle díun dossier vide

 

Après le Camerounais Longuè Longuè cíest autour du chanteur originaire de République Démocratique du Congo (RDC) Koffi Olomidé, dit le Grand Mopao, qui est devant les tribunaux français pour des accusations de viol, doublées dans son cas de séquestration sur certaines de ses danseuses, parmi lesquelles figureraient des mineurs au moment des faits. Selon plusieurs médias qui suivent líaffaire, le chanteur aurait été interpellé dimanche 12 février 2012 à líaéroport international Roissy-Charles-de-Gaulle-à Paris en provenance de Kinshasa par la police des frontières qui lía ensuite remis aux agents de la police judiciaire. Selon Me Aeschlimann, son avocat, une ancienne danseuse du groupe du chanteur avait déposé plainte pour viol et séquestration en 2006. Deux ans plus tard, deux autres ex-danseuses du groupe avaient déposé plainte pour les mêmes motifs. L'une des trois était mineure au moment des faits dénoncés. Ce dernier rejette logiquement la culpabilité de son client. Le dossier d'instruction est complètement vide et creux, il n'y a aucune preuve matérielle et les déclarations des trois femmes qui l'accusent de les avoir violées, recèlent de nombreuses contradictions, a affirmé Me Manuel Aeschlimann, selon des propos rapportés par líAgence France Presse (AFP). Certaines source affirme que Koffi Olomide síétait réfugié à Kinshasa, la capitale congolaise, depuis la plainte pour viol et séquestration déposée par trois de ses danseuses et instruite par un juge parisien. Elles affirment aussi quíil y a un an, convoqué au tribunal de Nanterre dans les Hauts-de-Seine pour accusation de viol par ses danseuses, Koffi Olomidé, le franco-congolais síétait de bonne foi présenté au tribunal et lorsque son avocat est venu lui dire quíil avait vu le billet díécrou, Koffi Olomidé avait prétexté díaller aux toilettes, avait enjambé les grandes grilles de la préfecture de Nanterre, direction la Gare du Nord, puis a ensuite quitté le pays.

 


© zikafrik.com
Koffi Olomidé avec des contacts
L'artiste musicien aurait selon les quatre danseuses qui líaccusent, commis le fait dans un appartement loué pour elles dans la capitale française. Appartement que les jeunes filles ne devaient quitter sous aucun prétexte au risque de se faire brutaliser par les hommes de main du musicien. Elles auraient réussi à se libérer de cette prison parisienne en s'enfuyant. Elles auraient par la suite pu joindre des assistantes sociales qui elles, auront aussitôt mis l'affaire dans les mains de la justice. En Août 2010, la tournée entamé par líartiste Koffi Olomide allant du Katanga en Afrique du Sud via la Zambie se terminée brusquement. Des sources médiatiques congolaises font savoir que le Grand Mopao qui avait ses trousses la police zambienne, aurait détalé pour regagner à pieds le Katanga à travers la forêt, accompagné par quelques partisans coutumiers du terrain. Líavocat du musicien refuse de rentrer dans ce débat et fait savoir que la plainte déposée par les présumées victimes de son clients leur donne le droit à un titre de séjour temporaire. Des questions cependant restent sans réponse. Pourquoi le chanteur se sachant sous la menace díune arrestation a quand même choisi de revenir en France. Son avocat utilise cet argument pour justifier sa bonne foi. Le dernier titre de líartiste est intitulé «Abracadabra» un mot utilisé dans les contes de magie. Vue la rigueur du juge français sur les questions de múurs en rapport avec des mineurs, ce simple mot risque de ne pas suffire à lui éviter la prison.

 



Commentaire


Retour en haut