Archive

Deuil national pour Joseph Ichame Kamach

Les obsèques officielles de l'homme d'affaires centrafricain auront lieu samedi à Banqui

 

Un deuil national sera observé en Centrafrique samedi, à l'occasion des obsèques officielles du milliardaire centrafricano-syrien Joseph Ichame Kamach, personnalité centrafricaine décédée le 9 janvier à l'âge de 70 ans, selon un décret présidentiel jeudi. Selon le décret diffusé à la radio nationale, un deuil national est institué le samedi 11 février 2012 de 6h à 18h sur toute l'étendue du territoire centrafricain et dans les représentations de la République Centrafricaine à l'étranger, à l'occasion des obsèques officielles de Joseph Ichame Kamach décédé le 9 janvier 2012. «Les couleurs nationales sont mises en berne», ajoute le décret. M. Kamach était le premier employeur privé du pays (20.000 employés). Président fondateur du groupement interprofessionnel centrafricain (GICA), il était à la tête d'un empire économique allant du bois aux machines agricoles et aux supermarchés.

 


© actu-afrique
Joseph Ichame Kamach, personnalité centrafricaine
Exploitant du bois industriel dans la région de la Lobaye (sud), il était à l'origine du premier permis d'aménagement et d'exploitation (PAE) qui impose aux forestiers le reboisement des surfaces exploitées. Conseiller économique et social, représentant le patronat, il était membre bienfaiteur du parti Kwa Na Kwa (le travail rien que le travail) du président centrafricain François Bozizé. Il était également consul honoraire de Turquie en Centrafrique et à ce titre, il a favorisé la création de l'Ecole Internationale Centrafricano-Turque, l'une des plus prestigieuses écoles du pays. Il avait aussi contribué à créer la Chambre de commerce et d'industrie (CCI). Kamach a beaucoup contribué à la création d'une génération d'hommes d'affaires centrafricains forts (...) C'est quelqu'un qui a beaucoup apporté à l'économie centrafricaine, a réagi Patrick Dejean, directeur général de SOCACIG, société centrafricaine de cigarettes du groupe Bolloré.

 



Commentaire


Retour en haut