Archive

Côte díIvoire: Le PM Guillaume Soro réapparaît

Il a démenti au passage les nombreuses rumeurs qui faisaient état de son interpellation pour la Cour pénale Internationale (CPI)

 

Le Premier ministre de Côte díivoire, Guillaume Soro a démenti les rumeurs faisant état de son interpellation à la Cour pénale internationale (CPI), lors díun Conseil de ministre présidé à Abidjan. Je pense quíil faut laisser les rumeurs mourir de leur propre poison, a déclaré à la presse Guillaume Soro, en marge díun Conseil. Les rumeurs concernant un transfert du Premier ministre ivoirien ont trouvé leur origine dans la récente visite de la Secrétaire díEtat américaine Hillary Clinton à Abidjan. La presse locale a cru savoir que les échanges entre le président Alassane Ouattara et la chef de la diplomatie américaine ont tourné autour de la comparution du Premier ministre et les anciens rebelles ivoiriens. Le site díinformation Notrevision.net a notamment publié un article intitulé: Visite díHilary Clinton à Abidjan: Cíest décidé, Soro et les ComíZones en route pour la CPI. De sources diplomatiques américaines, Hillary Clinton a exigé à Alassane Ouattara, ni plus ni moins, que Guillaume Soro soit mis à la disposition de la CPI pour répondre de ses actes criminels commis dix ans durant, à la tête de la rébellion des Forces nouvelles, a indiqué le site. Les rumeurs avaient enflées à líoccasion du voyage díAlassane Ouattara à Paris. Líabsence de Guillaume Soro dans líimportante délégation ivoirienne et le long silence (environ deux semaines) de celui ci, ont vite renforcé des allégations de líimminence de son transfèrement à la CPI. Je suis là, sinon si jíétais à la CPI, je serais le seul et le premier prisonnier ivoirien de la CPI qui soit revenu. Donc ce serait plutôt une bonne chose, a indiqué Guillaume Soro, répondant aux questions des journalistes.

 


Le PM de Côte d'Ivoire Guillaume Soro est de retour
Depuis son retour, il a repris une activité normale, audiences, rencontres et ce jeudi la plus importante, le Conseil ministériel à la présidence où il retrouvera une fois encore le président Ouattara. Les adversaires politiques de Monsieur Soro, très nombreux aujourdíhui, sont accusés díavoir alimenté la rumeur. De fil en aiguille, il a été très rapidement admis dans líopinion publique ivoirienne, que Guillaume Soro aurait été arrêté, par un commando français, venu spécialement de Paris, avec un mandat díamener du procureur Ocampo. Il est en ce moment même à líaéroport FHB, en train de rejoindre Laurent Gbagbo à La Haye, a dit un interlocuteur sûr de son fait, quelques minutes avant le match Côte díIvoire-Guinée Equatoriale, il a été avancé la rumeur selon laquelle le Premier ministre était retranché à Bouaké, avec 1000 hommes lourdement armés, pour organiser une fronde et une résistance contre le président Alassane Ouattara. A Yopougon, Accra et Paris, au cúur et au centre des conversations, les uns et les autres prenaient pour appui un article écrit par líIntelligent díAbidjan, faisant état des confidences exclusives du Premier ministre sur son avenir politique. Les médias internationaux sont entrés aussi dans le jeu. Malgré son retour très médiatisé, de nombreuses zones díombre demeurent et de nombreuses insatisfactions parmi les vainqueurs de la guerre contre Gbagbo.

 



Commentaire


Retour en haut