Archive

Centrafrique: Importante saisie de comprimés Tramadol à Yaloké

La saisie a été effectuée par les éléments de la Brigade de Gendarmerie de Yaloké, ville située à plus de 100 Km de la capitale centrafricaine

 

Elle a été rendue possible grâce à cette franche collaboration qui existe entre les services de líOCLAD, de la Brigade de Gendarmerie de la ville de Yaloké et bien sûr le Comité interministériel de lutte contre la drogue et la toxicomanie. Selon certains éléments de líOffice Centrafricain de Lutte Anti Drogue (OCLAD), cette affaire de saisie a été líobjet díune enquête minutieusement montée depuis trois mois. Le Tramadol toujours selon les éléments de líOCLAD est classé dans le groupe des amphétamines, substances obtenues à partir des procédés chimiques et fabriquées par des laboratoires illicites ils ont donc des effets pervers sur la santé des consommateurs.

 


© pharmforblog.info
Les comprimés prohibés
Le Commissaire Gofi, Directeur de líOCAD a expliqué que par cette saisie, il entend sensibiliser les filles et fils du Centrafrique sur les effets nocifs du Tramadol connu sous líappellation du Tramol ou encore «TH» pour les Centrafricains. Et le commissaire Gofi de préciser que la quantité saisie níest quíune goutte díeau dans líocéan car ce níest quíune infime quantité de líapprovisionnement qui se fait à travers divers canaux en République Centrafricaine. Dans ce cas de figure, les responsabilités sont certes partagées et pour une grande partie, la responsabilité de la police des frontières, le ministère de la santé, la douane pour ne citer que ceux-là pourrait donc être engagée mais avec la porosité de nos frontières, ceux-ci rétorqueront que les moyens ne sont pas mis à leur disposition pour mener à bien la mission qui leur incombe. Naturellement, LíEtat centrafricain en porte la plus grande responsabilité dans cette affaire car, incapable de contrôler ses propres frontières et de veiller à la santé des filles et fils du Centrafrique.
Fleury Koursany

 



Commentaire


Retour en haut