Archive

Des militaires retraités centrafricains condamnés à 10 mois

Ils étaient poursuivis pour violences et voix et faits, séquestration, vol, menace de mort, pillage.

 

Le verdict vient de tomber. Les 7 militaires et gendarmes retraités, arrêtés dans líaffaire contre, le ministre délégué, Francis Bozizé pour détournement de leurs arriérés de salaires, sont finalement condamnés ce mercredi 25 janvier 2012 à 10 mois díemprisonnement ferme par la Cour díAppel de Bangui. Ils étaient poursuivis pour violences et voix et faits, séquestration, vol, menace de mort, pillage. Ces derniers avaient en 2011, enlevé et séquestré le Médiateur de la République, Paulin Pomodimo, puis líavaient conduit à la représentation de líUnion Européenne à Bangui. La Cour díAppel a, au cours de ce délibéré, rejetée en bloc les précédents chefs díaccusations. Elle les a désormais poursuivis et condamnés pour destruction de líédifice public et la dégradation de líédifice public.

 


Le verdict contre les militaires retraités est tombé
Líune des décisions issue de cette affaire a été la restitution des motos des militaires retraités confisquées au cours des enquêtes préliminaires. Selon Armand Keko, délégué des gendarmes et militaires interrogé par Radio Ndeke Luka, cette condamnation a été qualifiée de mesure «inquisitoriale». Le procureur avait pourtant requis une peine díun an de sursis, ce qui nía pas été le cas lors de ce délibéré. Le collectif entend interjeter appel auprès de la Cour de Cassation. Ces anciens militaires et gendarmes retraités avaient revendiqué le paiement de leurs 31 mois díarriérés de salaire ainsi que leurs frais díaccompagnement qui síélèvent à 19.650.000 frs pour chacun (environ 30230 euros). Dans cette même affaire, ces militaires en retraite avaient pointé un doigt accusateur vers le ministre délégué à la Défense nationale, Jean Francis Bozizé pour détournements de fonds. Un dossier relayé par les directeurs de publication «Les Collines de Bas-Oubangui» et «Médias +» traduits en Justice puis libérés par la suite.

 



Commentaire


Retour en haut