Archive

Centrafrique: La journée des martyrs devient semaine nationale de la jeunesse

Elle était présidée par M. Faustin Archange Touadéra premier ministre et chef du gouvernement

 

Il représentait personnellement le Chef de líEtat. Plusieurs ambassadeurs et représentants des institutions diplomatiques en Centrafrique, des membres du gouvernement, des membres du collectif des étudiants de 1979, des élèves des différents établissements scolaires y compris le lycée des Martyrs, étaient aussi présents sur la place des martyrs, lieu de la célébration.

 


© journaldebangui.com
Le dépôt de la gerbe de fleurs devant le moment des martyrs
La cérémonie a démarré avec la remise des prix du mérite centrafricains, de la reconnaissance et des meilleures actions en faveur de la jeunesse centrafricaine. Ainsi, le premier prix est revenu à M. Michel Gbezera-Bria, ancien ministre díEtat, le second à M. Sylvain Ndoutingaï ministre díEtat aux finances et au budget, le troisième à la représentante résidente de líUNFPA et le dernier prix était décerné à M. Alfred Le grand Ngaya. Après la remise des prix aux lauréats, Mlle Ines Ngope a présenté son poème sur le rôle de la jeunesse dans le développement.

 


© Journalducameroun.com
Les élèves du Lycée des Martyrs sur la place des cérénomies
En assistant honorant la journée des martyrs, le Premier ministre Faustin Archange Touadéra a procédé à la clôture de la Semaine nationale de la jeunesse à Bangui. Elle naît des cendres de la Journée nationale des Martyrs, célébrée chaque année le 18 janvier et commémorant le massacre des écoliers, élèves et étudiants par le régime impérial de Jean-Bedel Bokassa. La particularité de la semaine de la jeunesse dorénavant consiste pour les jeunes, réunis au sein de leur organisation dénommée «Conseil National de la Jeunesse» à attribuer des prix aux organismes internationaux, personnalités politiques et publiques pour leurs implications dans les questions intéressant la jeunesse.

Les autorités se sont ensuite rendues devant le monument des Martyrs pour y déposer les gerbes de fleurs, la sonnerie aux morts et líhymne national ont mis fin à la Semaine Nationale de la Jeunesse cette année.Rappelons que cette journée est célébrée le 18 janvier pour rendre hommage aux jeunes élèves et étudiants, victimes díun massacre sous le régime de Jean Bedel Bokassa en janvier et avril 1979.


Commentaire


Retour en haut