Archive

Centrafrique: Le carburant augmente, les taxis et bus en grève

Le 1er janvier 2012, les prix du carburant ont flambé de manière vertigineuse à la pompe

 

La hausse des prix du carburant à la pompe décidée de manière unilatérale par le gouvernement centrafricain à compter de ce 1erjanvier 2012 justifie cette grève des conducteurs de taxis et bus, a déclaré un responsable du Syndicat des conducteurs et receveurs de tais et bus. Depuis ce matin du 4 janvier 2012, les Centrafricains ont renoué avec la marche forcée, histoire de faire un peu de sport compte tenu du fait que les taxis et bus ont refusé díoffrir leurs services, en vertu du mot díordre de grève décidé par le syndicat des conducteurs et receveurs des taxis et bus. Le super ou encore mieux líessence qui se vendait à 810 Fcfa se vend désormais à 840 Fcfa tandis que le pétrole, très prisé par les ménages centrafricains a aussi connu cette augmentation de 30 Fcfa pour síétablir à 630 Fcfa alors que le gas-oil enfin, passe de 800 Fcfa à 830 Fcfa.

 


© journaldebangui.com
Une avenue de Bangui déserte
Líheure a sonné pour les Centrales syndicales qui sont toujours promptes à entrer en grève de grever cette fois-ci pour infléchir la position du gouvernement centrafricain, a déclaré un fonctionnaire qui níarrive pas à comprendre pourquoi le gouvernement «aime toujours mettre les gens devant les faits». Ce comportement irresponsable de la part des autorités centrafricaines qui níont même pas pris le temps de sensibiliser les gens sur cette hausse des prix des produits pétroliers est à dénoncer avec force, síest contenté de dire un adhérent de líUSTC (Union Syndicale des Travailleurs de Centrafrique. Ce dernier a même ajouté que les prix à la pompe ne font quíaugmenter selon les humeurs du gouvernement tandis que les salaires sont bloqués depuis plus de 20 ans sans connaître une certaine augmentation. La vie devient de plus en plus chère et le panier de la ménagère níarrive plus à satisfaire les exigences minimales du foyer. Comment ne pas comprendre que la pauvreté et la misère puissent ronger les Centrafricains jusquíà la moelle?.

 


© journaldebangui.com
Taxi et bus à l'arrêt
Brice Pordjiane, ci-devant Secrétaire général du syndicat des conducteurs et receveurs des taxis et bus, dénonce líunilatéralisme du gouvernement dans la prise de cette décision car níayant pas été associé en tant que partenaire direct du gouvernement et principale victime de cette décision. Autant les prix du carburant ont été augmentés, quíil en soit autant pour les prix de transport, a précisé le Secrétaire général du syndicat des conducteurs et receveurs des taxis et bus. Si cela ne tenait quíà moi, cíest toute la population qui devrait sortir dans la rue pour montrer au gouvernement sa désapprobation de ce genre de comportement qui ne fait que compliquer la situation sociopolitique dans un pays qui en a déjà assez et qui nía pas besoin díautres crises aux conséquences incalculables, a prévenu Josias, un retraité militaire habitant le quartier Yangato dans le 5ème arrondissement de Bangui. La grève ainsi déclenchée contraint les fonctionnaires et autres agents de líEtat à jouer les prolongations en ce qui concerne les festivités du nouvel an. La raison est toute trouvée díautant plus que les bus et taxis qui favorisent le transport en commun sont victimes de la décision gouvernementale díaugmentation des prix des produits pétroliers.


Commentaire


Retour en haut