Archive

Centrafrique: L'importance stratégique du centre du continent

Celui qui contrôle le centre occupe la position la plus importante

 

Mettre fin à la terreur des bandes armées qui ravagent la Centrafrique, ça sera étonnamment facile. Il suffit que le chef d'une armée disciplinée décide que ça soit une bonne idée. Les petites milices qui terrorisent les villages et enlèvent des enfants comme moyen de recrutement, elles sont identiques à celles qui traumatisaient le Liberia et la Sierra Leone. (Ce processus de reproduction n'a pas eu de nom jusqu'à maintenant; je l'ai baptisé le konyvirus.) En 2003, après quatorze ans de guerre au Liberia, les États-unis ont décidé que ça suffisait et ont envoyé quelques Marines. Immédiatement, la guerre a pris fin. C'était la même chose en Sierra Leone. Après neuf ans de guerre, en 2000 le Royaume uni a décidé que ça suffisait. Ils ont envoyé quelques soldats. Immédiatement, la guerre a pris fin.

 


© journaldebangui.com
Baba Ladé lors des accords de juin 2011 à Bangui
Dans les pays ravagés par ce konyvirus, les miliciens n'ont ni la discipline, ni l'idéologie, ni la volonté de combattre de vrais soldats. Leurs formations pathétiques dissolvent comme le sucre dans l'eau. Ce n'est même pas nécessaire que ce soient des armées occidentales qui prennent le champ, bien que le pouvoir psychologique de devoir faire face à des Européens ou des Américains n'est pas sans importance. L'armée rwandaise, par exemple, est très disciplinée est pourrait se charger de cette tâche si le Rwanda avait la volonté ou l'argent de le faire.

Si c'est seulement une question de prendre la bonne décision, ce qui est vrai, pourquoi est-ce que les exactions en Centrafrique continuent et s'exacerbent? C'est simplement parce les leaders clés n'ont pas réfléchit à l'importance stratégique du centre. Il s'agit d'un principe que n'importe quel joueur d'échecs pourrait expliquer: celui qui contrôle le centre occupe la position la plus importante. La Centrafrique partage ses frontières avec six pays et se trouve entre l'Afrique Centrale et l'Afrique de l'Est. Il est impossible de construire un avenir dans ces régions tant que le konyvirus domine le paysage d'une grande partie de la Centrafrique. Par contre, une Centrafrique stable et sécurisée veut dire que les conflits en RD Congo, au Sud Soudan, et au Tchad deviendront isolés et solubles.

 



Commentaire


Retour en haut