Archive

Centrafrique: Le plan d'action de libération des enfants soldats

Il émane díun accord entre la CPJP et les Nations unies

 

L'annonce a été faite à Bangui par Radhika Coomaraswamy, la représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies pour les enfants et les conflits armés, au cours d'un point de presse qui sanctionne la fin d'une mission en République centrafricaine. Elle était venue pour évaluer la situation de la rébellion ougandaise de l'Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony et amener les groupes rebelles à s'engager à ne plus enrôler les enfants. La signature du plan d'action pour libérer tous les enfants présents dans les rangs des groupes armés demande un programme spécial pour la réhabilitation et la réinsertion de ces enfants dans leurs communautés d'origine, a précisé la représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies. Le plan d'action de réhabilitation et de réinsertion des enfants soldats se trouvant dans les rangs de la Convention des patriotes pour la paix et la justice (CPJP), a été signé par Abdoulaye Hissène à Ndélé (Nord-est) et la représentante du système des Nations Unies.

 


© http://horseedmedia.net/
Radhika Coomaraswamy, la représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies pour les enfants et les conflits armés
La signature par la CPJP de ce document est essentielle parce que les enfants ne devraient pas être impliqués dans les conflits, ajoute elle. Nous devons maintenant nous assurer que ces enfants soient séparés et réintégrés, a indiqué la représentante spéciale de l'Onu. Elle a ajouté qu'un plaidoyer sera entrepris auprès des bailleurs en vue de mobiliser les fonds nécessaires à la mise en úuvre d'un programme global de développement communautaire en faveur des régions touchées par le phénomène d'enfants soldats. Elle a aussi annoncé la mise en place d'un programme global chargé d'une part de convaincre les communautés de la nécessité de réintégrer les enfants dans leur communauté d'origine et d'autre part préparer des projets spécifiques de développement communautaire pour la réduction de la pauvreté.

En dehors de Ndélé, la représentante onusienne s'est également rendue dans le Sud-est, notamment dans la ville d'Obo qui connaît les exactions de la LRA depuis trois ans avec le phénomène d'enlèvement d'enfants par cette rébellion et l'implication dans des groupes d'autodéfense encouragées par les autorités locales. L'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) de Jean Jacques Démafouth, un autre rébellion évoluant plus dans le Nord-ouest a signé le plan d'action de libération des enfants soldats présents dans ses rangs le 19 octobre 2011.

 



Commentaire


Retour en haut