Archive

Afrique Centrale: Le soutien de la Banque Mondiale aux secteurs de la santé et des transports

Les accords de financement concernent des projets de facilitation des transports et du transit en zone CEMAC et d'assainissement en eau

 

Un accord de financement portant sur près de 51 milliards de FCFA a été signé entre le Cameroun et le représentant de cette institution. En matière de transport et de transit, Les ressources additionnelles serviront selon les officiels de la Banque Mondiale, à financer des travaux complémentaires sur les sections les plus abimées de la route qui relie Douala au Cameroun à N'Djamena au Tchad. Ils serviront aussi à líamélioration de la sécurité routière sur les deux corridors. Líobjectif est de parvenir à une remise à niveau jusquíà 90% des 1842 km de cette route, díici 2016. Pour ce qui est du projet díassainissement liquide, il appuie la mise en úuvre díune stratégie adoptée par le gouvernement camerounais en 2011. LíAssainissement et l'Hygiène sont des bouées de sauvetage. Líassainissement protège les gens contre la maladie et permet díéviter des épidémies comme le choléra. Eviter la maladie est moins cher que soigner les malades a indiqué Gregor Binkert, le responsable pour le Cameroun de la banque Mondiale. Concrètement, cet aspect de líaccord permettra de subventionner la construction des toilettes pour les ménages, les écoles et les cliniques.

 


© investiraucameroun.com
Sur les routes d'Afrique centrale
Líobjectif de líaccord de remise à niveau des routes est de faciliter le transport et le transit dans la sous-région CEMAC. Pour le Tchad líaboutissement des travaux signifie la réduction des délais pour líapprovisionnement de son marché et pour le Cameroun, une meilleure communication entre le nord et le sud du pays. Louis Paul Motaze, le ministre de líEconomie, de la Planification et de líAménagement du Territoire (MINEPAT) du Cameroun, síest déclaré satisfait de líaccord et a remercié les partenaires du soutien quíils apportent. Mais, prévient-on au niveau de la BM les pleins bénéfices de ce programme, ne seront effectifs que si le gouvernement camerounais síengage sincèrement à préserver les investissements réalisés en assurant líentretien des infrastructures réhabilitées, ainsi quíà mettre pleinement en úuvre les politiques de facilitation du transit prévus dans le cadre de ce programme notamment au niveau portuaire et douanier.

Ce deuxième financement additionnel a été accordé dans le cadre de la stratégie d'assistance pays pour le Cameroun (CAS) approuvé par le Conseil d'administration de la Banque mondiale le 30 mars 2010. Le premier thème de cette stratégie pour 2010-2013 vise à accroître la compétitivité du Cameroun, notamment à travers les investissements d'infrastructure en líoccurrence l'énergie, les transports, et les secteurs des télécommunications. Le 23 juin 2011 le conseil díadministration de la Banque mondiale a approuvé un crédit de 51 milliards de FCFA pour le deuxième financement additionnel du Projet de facilitation des transports et du transit en zone CEMAC. Ce projet vise à promouvoir une plus grande intégration commerciale au sein de la sous-région CEMAC en contribuant à améliorer les conditions de transport le long de deux corridors principaux: Douala - N'Djamena et Douala Ė Bangui.

 



Commentaire


Retour en haut