Archive

«Malgré les difficultés, les actions se poursuivent en Centrafrique»

L'association des Amis Comtois des Missions Centrafricaines vient de célébrer ses 25 ans.

 

Elle a toujours grande foi dans son avenir. Elle tenait récemment son assemblée générale à Reugney, en présence d'une centaine d'adhérents venus du Doubs, de la Haute-Saône et du Jura. Leur nombre continue hélas à diminuer en raison de l'âge de certains. Les missions de l'ACMC sont multiples: construction ou réhabilitations de centres de rééducation et d'hôpitaux locaux, formation des chirurgiens et anesthésistes. Les missions chirurgicales, qui ont débuté en octobre 1983, se sont poursuivies sans interruption avec notamment trois en 2010 dont la dernière est programmée du 10 novembre au 2 décembre. En juillet 2010, 51 missions avaient été organisées en Centrafrique, avec 4 000 enfants examinés et 1 500 opérés. Les pathologies rencontrées et «réparées» par l'équipe du docteur Onimus ont porté à leur début sur les séquelles de poliomyélite qui ont pratiquement disparu. Il y a maintenant les séquelles de brûlures, de traumatismes et infections osseux, les malformations congénitales, les déformations diverses à traiter.

 


© acmc
Des membres de l'association
En cours d'année, le centre de rééducation pour handicapés moteurs de Bangui (la capitale) est mis en route avec le cofinancement de l'ACMC et de l'Ordre de Malte, pour un budget de 23 000 Ä. Trois kinésithérapeutes et orthopédistes partiront fin octobre pour former 43 stagiaires venus de tout le territoire centrafricain. Le coût moyen d'une mission chirurgicale est de 500 à 2000 Ä. Les billets d'avion sont pris en charge par les participants aux missions. Les ressources proviennent des cotisations des adhérents (20 Ä), de dons privés et produits des manifestations diverses et repas (2 à 3 l'an). Daniel Blessig, l'intendant, le négociateur, l'organisateur des manifestations sera du prochain voyage qui emmènera l'équipe chirurgicale en brousse et à Bangui. Michelle Onimus continuera simultanément sa mission d'éducation auprès des enfants. L'association souhaite l'arrivée de jeunes en son sein. Pour une modique somme de 20 Ä l'an, ils contribueront à venir en aide aux milliers d'enfants dans la détresse.

 



Commentaire


Retour en haut