Archive

Les pays pauvres dépensent plus dans l'achat des armes

Cíest la conclusion du récent rapport de líUnesco de son programme Education pour tous (EPT)

 

Les pays les plus pauvres au monde dépensent plus dans líachat des armes que dans le secteur de l'Education, selon le rapport annuel de cette année sur líinitiative universelle de líEducation pour tous (EPT). Le rapport indique que cette situation est à líorigine de líaugmentation de la pauvreté dans ces pays qui ont la particularité commune de détourner leurs ressources nationales pour des 'dépenses militaires improductives'. Dans le document sont cités des pays comme le Tchad qui, bien quíayant les pires indicateurs de líéducation dans le monde, débourse quatre fois plus en armement que dans líenseignement primaire. «Si les pays qui décaissent plus pour leurs Forces armées que pour líenseignement primaire pouvaient réduire ces dépenses militaires díau moins 10%, ils auraient pu scolariser 2.700.000 enfants de près d'un quart de leur population actuellement hors du système scolaire», indique le rapport. Ce document a été présenté lors díune table ronde sur lí'Education, la paix et le développement' organisée à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC), par líAssociation pour le développement de líéducation en Afrique (ADEA).

 


© lindependant-cf.com
Des rebelles enrôlent les enfants
Le rapport cite la Centrafrique, le Tchad et la RDC comme faisant partie des 24 pays du monde ayant le plus grand nombre díenfants soldats et où il est très commun de recruter les enfants à partir des écoles. En 2007 par exemple, poursuit le document, la Mission des Nations unies en RDC a été le témoin de la présence de centaines díenfants sur le front des combats, dans la province du Kivu-Nord et plusieurs díentre eux ont été recrutés de force à partir des salles de classe, provoquant la fermeture des écoles dans certains cas'. La violation et autres actes de violence sexuelle ont été utilisés à grande échelle comme 'instruments de guerre dans des pays tels que le Liberia et la Sierra Leone comme aussi lors du génocide ruandai», indique le rapport.

Plus récemment, ajoute-t-il, de sérieuses inquiétudes ont été identifiées au Tchad et en RDC où líinsécurité et la peur liée à la violence sexuelle découragent notamment les filles à aller à líécole. La table ronde sur lí'Education, la paix et le développementĒ a été conjointement organisée par líADEA et par les ministères de líEducation de la RDC et du Kenya et par líOrganisation des Nations unies pour la Science, líEducation et la Culture (UNESCO). Dans le discours de clôture de la rencontre, le ministre congolais de líEnseignement primaire, secondaire et professionnel, Maker Mwangu Faamba, a reconnu que líimpact négatif des guerres civiles dans les pays sortis de conflits demande des efforts considérables de pacification, díunification et de reconstruction pour reprendre et poursuivre les programmes de développement.

 



Commentaire


Retour en haut