Archive

Mali/Eau potable en sachets: Une qualité douteuse

Les conditions díhygiène de fabrication des eaux en sachets plastiques sont inexistantes

 

Ne dit-on pas que líeau cíest la vie ? Si cette assertion est connue et acceptée par tous, il faut reconnaître quíau Mali, la potabilité de líeau vendue par les sociétés est sérieusement mise en cause.

Des eaux de qualité douteuse

Seulement voilà : les structures étatiques chargées de líhygiène níy font que des contrôles de façade. Quant aux Associations de consommateurs, elles níexistent que de nom dans notre pays. Fuyant leurs véritables missions elles ne sont que figurante lors des «folkloriques assises » initiées par les autorités.
De plus en plus, líon assiste à une mise sur le marché des sachets plastics díeau. Cédées aux consommateurs à 25 ou 50 F CFA, ces eaux attirent, si líon se fie leur conditionnement (généralement bien fait).

Bas tarif

Elles sont de plus en plus vulgarisées car vendues à la sauvette. En cette période de canicule, les clients en consomment à quelques niveaux quíils se trouvent. Selon de nombreux témoins, les règles essentielles díhygiènes pour leur fabrication sont biaisées. « Ces eaux contenues dans les sachets plastics sont díune dangerosité réelle », indiquent les spécialistes.

A ses eaux síajoutent les eaux minérales. Présentées comme plus saines que líeau courante (de grande consommation produite par EDM SA), ces eaux minérales naturelles produites au Mali, síavèrent être díune extrême vulnérabilité aux infections bactériennes. Contrairement à ce que pensent nombre de nos concitoyens, les eaux minérales naturelles ne sont soumises à aucune prescription particulière díhygiène ou de diététique qui les distinguent de líeau (de grande consommation) traitée et produite par la société EDM.

 


© photopera.org
Les eaux conditionnés, parfois chez les particuliers et revendues 25 ou 50 cfa dans la rue
Bactéries et chlore

A en croire les spécialistes, les qualités de substances physico-chimiques quíelles renferment dépassent le seuil des limites autorisées par líOrganisation mondiale de la santé (OMS).
On níy ajoute pas de chlore afin de ne pas altérer leur caractère naturel. Or, cíest justement ce même chlore (substance de líeau de javel) qui permet díéliminer les bactéries.
Par contre, EDM SA y ajoute du chlore, seul produit susceptible díéliminer véritablement les bactéries. Bien que pure à líétat naturel, les eaux minérales auxquelles on níajoute pas du chlore sont extrêmement vulnérables aux attaques bactériennes, à la différence de líeau traitée par EDM SA.

Toujours selon nos sources, les eaux minérales renferment également un pourcentage très élevé en sodium, potassium, de calciumÖ
Et ces pourcentages dépassent les limites imposées par líOMS en ce qui concerne les eaux de grande distribution.


Commentaire


Retour en haut