Archive

Centrafrique: Le GEPPIC ne passera pas à la caisse

Le groupe des éditeurs de presse síinsurge contre le paiement des impôts par la presse

 

Líorganisation faîtière de la presse centrafricaine est montée au créneau pour dénoncer le paiement des impôts par les entreprises de la presse. Le Groupement des Editeurs de la Presse Privée Indépendante de Centrafrique (GEPPIC) annonce par la même occasion líorganisation prochaine des journées sans journaux à Bangui et la publication dès ce lundi 24 octobre, díune déclaration commune.

 


© journaldebangui.com
Une assemblée du GEPPIC à Boali (illustration)
La décision a été prise au cours díune assemblée générale tenue en leur siège dans la capitale centrafricaine le samedi 22 octobre. Elle fait suite à plusieurs sommations de la part des services des impôts, à travers le Haut Conseil de la Communication (HCC). Selon Ambroise Yalima, directeur de publication du journal Le Patriote, dans cette action, la main de certains fossoyeurs de la République souvent dénoncés par la presse indépendante est visible. Il síagit là, díun règlement de comptes. En principe, le gouvernement devrait commencer par appuyer cette presse comme cela se fait sous díautres cieux, au lieu de lui tendre encore la main pour payer les impôts. Il précise en outre que comment comprendre quíun quotidien, avec 80 à 100 tirages par jour, ne pouvant même pas couvrir les frais nécessaires pour une nouvelle parution pourrait payer les impôts à líEtat.

 



Commentaire


Retour en haut