Archive

Une marche pour la journée internationale de la santé mentale en Centrafrique

La toxicomanie apparaît selon Docteur Caleb Ketté en première ligne des causes de la maladie

 

Pour cette année 2011, cíest par une marche que cette journée a été célébrée. Une occasion pour les responsables de la structure qui síoccupe des malades mentaux de sensibiliser les populations sur les facteurs principaux et causes de cette maladie en constante hausse en République Centrafricaine. Des facteurs de la maladie qui, selon Docteur Caleb Ketté, tournent autour de la pauvreté, les exclusions en tous genres et de manière assez large, le chômage. La toxicomanie apparaît toujours selon Docteur Caleb Ketté en première ligne des causes de la maladie mentale en Centrafrique. Ajoutés à cela, les conflits militaro-politiques quía connu la RCA. Ceux-ci provoquent une sorte de stress ou des névroses automatiques. Les conflits familiaux et conjugaux et même les catastrophes naturelles sont aussi des facteurs de risque.

 


© collectifpsychiatrie.fr
Ce qui donne un tableau assez sombre de la santé mentale avec environs 300 malades mentaux qui errent dans la ville de Bangui. Un nombre de consultation qui a quadruplé en 13 ans passant de 1198 malades en 1995 à 4966 en 2007. Le nombre annuel de nouveaux malades en hausse est passé de 416 en 1996 à 790 pour la seule année 2007. En octobre 2011, le centre psychiatrique de Bangui a enregistré plus de 900 nouveaux cas précise le Docteur Caleb Ketté. La République Centrafricaine dispose déjà díune politique nationale de santé mentale et les documents y relatifs ont été adoptés. Mais, il se pose un problème de moyens pour la mise en úuvre de cette politique nationale de santé mentale. A cet effet, le Docteur Caleb Kette lance un vibrant appel à líendroit du gouvernement centrafricain pour quíil puisse créer les conditions nécessaires afin que la santé mentale soit inscrite parmi ses priorités. Ce faisant, le gouvernement devra tout mettre en úuvre pour solliciter des appuis humains (formation du personnel) et financiers afin de traduire dans les faits, les grandes lignes de la politique nationale de la santé mentale.

 



Commentaire


Retour en haut