Archive

Centrafrique: Líeau se fait de rare dans les robinets

Il y a de plus en plus de queues interminables devant les kiosques à eau dans la capitale Bangui

 

Après le soulèvement des populations du 3ème arrondissement de Bangui pour réclamer líélectricité qui a pris congé díeux un bout de temps, les délestages intempestifs de la Capitale centrafricaine ont fait une autre victime: la Société de distribution des eaux en Centrafrique (SODECA). La société de distribution des eaux níest plus en mesure de ravitailler tous les quartiers de la capitale centrafricaine en eau «potable». A líorigine, les coupures de courant qui níépargnent pas les installations de cette la SODECA qui níarrive plus à pomper líeau à partir du fleuve Oubangui. De líeau qui devrait être traitée avant díêtre conduit dans les robinets pour servir les populations de Bangui. Conséquence: certains quartiers de Bangui ont renoué avec les longues queues devant les kiosques de vente díeau. Ce qui contraint les populations et les femmes en particulier à parcourir les quartiers afin de se procurer cette denrée rare. Quand on sait que líeau cíest la vie.

 


© lacoquette.mondoblog.org
Elle est en panne d'électricité
De la vie à la mort, il níy a quíun pas. Depuis pratiquement trois semaines, une épidémie de choléra síest signalée en République Centrafricaine et notamment dans la Lobaye. Elle a fait selon le bilan provisoire dressé par les autorités compétentes, environs 16 victimes et plus díune cinquantaine de personnes hospitalisées. La Croix Rouge Centrafricaine, devant cette situation a installé au sein de líhôpital communautaire, un campement díurgence où sont admises les personnes présentant les symptômes de cette maladie quand bien même cette épidémie est loin díêtre totalement circonscrite. Du côté des pouvoirs publics, on opte pour une sensibilisation des populations centrafricaines. A la radio, dans les journaux et dans les quartiers, on sensibilise les populations sur les mesures préventives à adopter pour éviter une quelconque contamination avec cette maladie. Parmi les mesures envisagées, il est demandé aux populations de faire bouillir líeau de la SODECA avant toute consommation. Face à ce dilemme, les populations «banguissoises» pensent que cíest líeau de la SODECA qui serait porteuse de cette maladie.

 


© journaldebangui.com
Les populations devant les kiosques à eau dans la capitale Bangui
Du côté de cette société, la SODECA níest pas à líorigine de cette pandémie et cíest pour des mesures préventives que cette proposition est faite et non le contraire. Mais pour un personnel de líUNICEF qui requiert líanonymat, on ne dit pas que cíest la SODECA qui a «amené» le choléra en Centrafrique mais la vétusté des installations de cette société, les conduits díeau qui sont endommagés à certains endroits peuvent être des portes díentrée de cette maladie. Et à ce niveau, si le choléra utilise les conduits díeau de la SODECA, vous comprenez que le risque est assez élevé pour les populations, Díoù cette mesure préventive pour éviter une contamination à líéchelle nationale. Une société díélectricité en panne à cause de la vétusté de ses équipements et une société de distribution des eaux qui en est directement victime, les populations ne peuvent quíêtre doublement victimes puisque le choléra níest pas si loin quíon le pense.


Commentaire


Retour en haut