Archive

L'ami empereur a aussi des révélations

Le sacre de Bokassa marque un sommet dans les relations entre la France et ses anciennes colonies. Voici quelques saisissantes images vidéos

 

Plus de trois décennies après les festivités, le couronnement de l'empereur Jean Bédel reste une des plus grandes farces tragiques commises dans le cadre des bonnes relations entre la France et ses anciennes colonies. Et cíest le c'est le hasard qui fait que ce film, «Notre ami Bokassa Ier», est diffusé en pleine tourmente politique autour de la Françafrique. L'idée de ce documentaire n'est pas de revenir sur la carrière de celui qui fut un dictateur hors norme de Centrafrique. Son propos est axé sur ce 4 décembre 1977 où Sa Majesté Bokassa Ier, admirateur de Napoléon, se fit sacrer empereur dans une scénographie digne de David. Grâce aux rushes des films tournés par l'armée, images inédites qui viennent d'être déclassifiées, et aux films de la deuxième chaîne qui envoya sept équipes (!) en Centrafrique, il est possible de raconter la cérémonie dans le détail, de l'analyser, de la disséquer. Cette radiographie du sacre montre à quel point Bokassa s'est livré ce jour-là à une caricature de certaines dérives de l'Afrique post-coloniale, et constitue un exemple des relations ambiguës qui se tissent entre les anciennes colonies et l'ancienne métropole. Au point que, dans cette affaire, la France est elle-même plongée dans le malaise parce qu'elle se retrouve associée aux délires du dictateur, fournissant costumes, chevaux, carrosses ou cameramen.


 


© AFP
Jean-Bedel Bokassa, le 4 décembre 1977
Françafrique: Même Bokassa avait des révélations
Mais c'en fut trop, et désormais Bokassa, renversé deux ans plus tard, ne sera plus jamais soutenu par la France. Contrairement aux habituels témoignages sur la Françafrique (du nom de ces rapports politiques incestueux entre la France et plusieurs ex-colonies díAfrique), Jean-Bedel Bokassa, autoproclamé empereur de la Centrafrique entre 1976 et 1979, livre dans cette vidéo des informations sensibles sur les rapports quía longtemps entretenus líAfrique centrale avec Paris. Une somme díinformations qui devraient conforter les fins connaisseurs de la Françafrique dans leurs convictions, et abasourdir les non-initiés du rapport qui lie officieusement et trop souvent líHexagone avec un grand nombre de dictatures lugubres du continent noir. Ce documentaire exclusif, interdit dans les grands média, témoigne à quel point líAfrique centrale a été dévalisée de son uranium, son or, son ivoire et ses diamants par la France sous Valéry Giscard díEstaing. (Source: Afriscoop)

 



Commentaire


Retour en haut