Archive

Centrafrique: Un match de football entre les minorités peulhs et pygmées

Un match hilarant de football a eu lieu le mardi 27 septembre 2011 au complexe sportif Barthélémy Boganda

 

Il opposait les minorités pygmées aux éleveurs peulhs dans le cadre de la célébration de la journée internationale du tourisme et était organisé par le ministère centrafricain du développement du tourisme et de líartisanat. Ce match très attrayant et humoristique síest déroulé en présence du Premier ministre Faustin Archange Toudéra, du 1er vice-président de líAssemblée Nationale M. Laurent Ngon Baba, du ministre de la jeunesse, du sport, des arts et de la culture M. Jean Serge Bokassa, du président du Haut Conseil de la communication M. Pierre Sammy Mackfoy et de la ministre du développement du tourisme Mme Sylvie Annick Mazoungou.

 


© journaldutchad.com
Les peulhs remportent trophée des mains du PM Touadéra
Le public a assisté nombreux à ce spectacle de grande envergure, tant les deux équipes níont pas manqué de les faire rire. Dans líhistoire du football, un match síest déroulé en 20 minutes à la première partie et 15 à la seconde. Sur les onze joueurs pygmées présents sur le terrain, 4 seulement étaient chaussés alors quíen entrant sur le terrain, ils avaient tous leurs chaussures. Pendant le match, le public a découvert de nouveaux styles de jeu jamais connus grâce aux pygmées. Díailleurs, à un arrêt de jeu, ils ont imposé líendroit où ils voulaient mettre la balle à líarbitre.

 


© journaldutchad.com
Les deux équipes: les peulhs en bleu et les pygmées en jaune
Le match a tourné en faveur des éleveurs peulhs qui ont battu les pygmées sur un score sans appel de 5 buts à 1. Le seul but des pygmées a été marqué à quelques secondes seulement de la fin du match sur un pénalty. Il souligner quíen organisant une telle rencontre, cíest un franc succès pour la ministre Mazoungou qui a voulu valoriser les deux groupes minoritaires. Líinitiative louable devrait être une habitude puisque líoccasion a permis aussi le rapprochement et la valorisation des deux groupes conformément à la convention relative aux peuples autochtones dont la République centrafricaine est signataire.


Commentaire


Retour en haut