Archive

Centrafrique: Reprise des cours à líUniversité de Bangui

Les enseignants ont suspendu temporairement leurs mouvements pour six (6) moisÖ en attendant

 

Le gouvernement centrafricain et le syndicat autonome des enseignants du supérieur (SYNAES) se sont finalement mis díaccord pour trouver une solution à la grève qui paralysait líUniversité de Bangui. Cíest depuis le lundi 11 juillet 2011 que les étudiants centrafricains ont été privés de cours suite à des mouvements successifs de grève déclenché par les enseignants du supérieur, membres du syndicat autonome des enseignants du supérieur (SYNAES). Ils revendiquaient líapplication du décret 06.156 du 6 mai 2006. Le 7 septembre dernier, ces enseignants ont décidé, au sortir de leur assemblée générale, de prolonger leur grève de 30 supplémentaires. Plusieurs actions ont été menées tant par les étudiants regroupés au sein de líANECA que certaines organisations et institutions afin díéviter une année blanche sur le campus universitaire.

 


© Hippolyte Donossio
Espérons que l'affluence reviendra
Au fil des négociations avec le gouvernement, les enseignants sont finalement revenus à de meilleurs sentiments en décidant díinterrompre leur grève. Ils auraient décidé díune suspension temporaire de 6 mois en attendant de poursuivre les étapes de la négociation. Le gouvernement aurait décidé de les satisfaire à partir du mois díavril 2012. Ce lundi 26 septembre 2011, les étudiants auraient déjà repris les cours sur le campus, ce qui a fait tressaillir de joie de nombreux des étudiants qui avaient déjà peu díespoir que les cours reprennent. Selon M. Gildas De Carême Benam, président de líassociation nationale des étudiants centrafricains (ANECA) au quotidien líHirondelle, les enseignants sont enfin revenus à de meilleurs sentiments, ce qui est bon signe pour les étudiants centrafricains donc nous ne pouvons que nous réjouir. Le droit à líéducation que líANECA revendiquait en projetant une marche pacifique, a triomphé du fait que les enseignants ont repris les cours.

 


© radiondekeluka
Après la rue, les étudiants rentrent dans les facultés
Pour sa part, le Conseil national de la jeunesse centrafricaine (CNJ) par la voie de son secrétaire général M. Serge Venant Magna, a déclaré que le CNJ sera totalement satisfait si le gouvernement respecte ses engagements avancés dans la négociation avec le SYNAES. Selon lui, cette avancée serait la suite de la réunion conjointe CNJ/ANECA en date du mercredi 14 septembre 2011 au cours de laquelle les deux entités ont décidé de mener le combat sur un front commun. Cíest peut être cela aussi qui aurait permis au gouvernement centrafricain et aux enseignants du supérieur de revenir à la table de négociation et de sauver líUniversité de Bangui díune année blanche. Cependant, le SYNAES semble ne pas totalement abandonner la partie puisque ce níest quíune sorte de trêve étant donné que le syndicat a seulement suspendu son mouvement pour un délai de 6 mois.


Commentaire


Retour en haut