Archive

Koukouté Steve: Líarbitre centrafricain retenu pour líAfrobasket2011

«Je suis parti de là en laissant une image très positive de líarbitrage centrafricain»

 

On vous présente maintenant comme díarbitre centrafricain international, mais qui êtes-vous au quotidien?
Je m'appelle Koukouté Steve, j'habite à Bergerac près de Bordeaux. Ça fait huit ans que je fais de líarbitrage. Jíai commencé dans le championnat français, depuis 2009 jíofficie en deuxième division national amateur (arbitre fédéral).

Comment fait-on pour devenir arbitre international de basket?
En 2010 la fédération centrafricaine m'a présenté aux examens d'arbitres internationaux où j'ai réussi avec deux de mes collègues centrafricains. Eux sont résidents à Bangui. J'ai eu la chance cette année que la Fiba (fédération internationale de basketball) me convoque pour aller à la coupe d'Afrique. Cela a été ma première participation, pour laquelle jíétais aux côtés des Bamaras l'équipe nationale.

Comment vous définiriez votre parcours?
J'ai grandi dans le basket parce que j'ai joué un peu dans les quartiers quand j'étais au pays, après ce sont des collègues d'école qui m'ont donnés le goût de persévérer au Lycée Jean Marie et après, quand je suis venu en France, j'ai commencé à jouer car j'ai opté pour la filière sport études et, un jour on m'a demandé d'arbitrer. J'ai pris goût et voilà. Depuis l'âge de huit ans je suis dans le milieu du basket.

 


© journaldebangui.com
Koukouté Steve
Vous auriez pu être un joueur de champs aussi dans une équipe?
Etant en sport études, j'ai essayé, mais il me manquait des qualités techniques.

Quel sentiment d'avoir accompagné l'équipe nationale?
J'éprouve une très grande fierté quíils soient accompagné d'un arbitre. Cíest bien et en plus de porter le flambeau en tant qu'arbitre dans la compétition c'est une très bonne chose.

Par rapport à cette équipe votre avis de professionnel?
ils peuvent aller loin, mais il y a beaucoup de chose à revoir. Je n'ai pas arrêté de le dire au coach et au capitaine. Il y a la gestion du banc vis à vis du corps arbitral, il faut qu'ils se maîtrisent. Ils peuvent donner des points gratuitement à l'adversaire en prenant des fautes techniques. Ce sont des conseils que je n'arrête pas de prodiguer. Certes c'est humain ce comportement mais dans un travail de fond, il faudrait respecter la décision de l'arbitre.

A part la France et la RCA, dans quel autre pays avez-vous officié?
Je níai pas encore eu l'occasion d'officier en dehors de la France dans de grandes rencontres de basket. Cependant c'est au Cameroun que j'ai eu à passer mon stage Fiba! A mon retour en France, j'ai participé à ce que l'on appelle les jeux olympiques scolaires. C'était là véritablement ma première expérience internationale. Tananarive sera ma deuxième expérience.

 


© journaldebangui.com
Koukouté Steve, un peu avant le départ pour l'Afrobasket 2011
Dans la pratique est-ce qu'il y a des difficultés?
Avec le recul que j'ai maintenant, non! je suis bien installé dans le métier et le circuit! Donc, il níy a pas de difficultés. Après sur le terrain, il faut gérer avec les surprises liées à ma jeunesse, les complexes, les remarques souvent déplacées. La difficulté est de convaincre que je suis peut-être jeune en âge mais, je ne suis pas jeune dans le métier.

Le Basket en RCA aujourd'hui!
Il y a beaucoup de travail à demander, il nous faut évoluer. Après, il faut que tout le monde mette la main à la patte pour faire véritablement évoluer la discipline.

Votre bilan de líAfrobasket 2011 à Tanarive?
Très positif, au début jíétais un peu angoissé par líévènement, mais arrivé sur le terrain après le premier coup de sifflet tout à été facile. Je níai pas eu de difficulté à míintégrer au sein du groupe. La plupart de mes collègues ont été toujours présents pour prodiguer des conseils. Ils étaient même surpris de ma maîtrise du métier de par mon jeune âge. Líensemble du groupe et des équipes que jíai eu líoccasion de diriger a été ravi de ma prestation. Je suis parti de là en laissant une image très positive de líarbitrage centrafricain. On peut dire que jíai complété ce que mes ainés ont laissé avant et ouvert la porte et le chemin pour les autres à venir pour les prochaines compétions.

Un avis sur la prestation générale de Fauves
Je níai pas eu líoccasion de profiter de líéquipe nationale pendant la compétition, car les seuls moments où on pouvait se voir étaient sur le lieu des matchs. A líarrivé à TANA les arbitres ont été retirés de leurs délégations et appartenaient à la FIBA jusquíà la fin de la compétition.


Commentaire


Retour en haut