Archive

Centrafrique: Ouverture de la campagne législative pour les partielles

Elle concerne 14 circonscriptions électorales dont les résultats avaient été invalidés par la Cour constitutionnelle

 

Cíest officiellement ce lundi, 22 aout 2011 que démarre la campagne électorale pour les partielles des échéances législatives en République Centrafricaine. Les circonscriptions électorales concernées par les partielles sont celles de Sosso Nakombo dans la Mambere Kadei, Bouar 1 dans la Nana Mambere, Bossangoa 1 et Kabo dans líOuham, Kaga Bandoro 2 dans la Nana Gribizi, Bamingui dans le Bamingui Bangoran, Boganagone dans la Lobaye, Bayanga dans la Sangha Mbaere, Kouango 2 dans la Ouaka, Bogangolo dans líOmbella MíPoko Nord, Bimbo 3 et 4 dans líOmbella MíPoko Sud et les deux circonscriptions du 5eme Arrondissement de Bangui. Lors díun point de presse tenu en prélude à líouverture de la campagne électorale, le ministre de líAdministration du territoire et de la décentralisation a déclaré que le Comité transitoire des élections est prêt pour ce nouveau pari du 4 septembre. «Tout est prêt pour les échéances législatives partielles du 4 septembre», a déclaré le ministre de líAdministration du territoire. Ce dernier a une fois de plus mentionné que cíest à bon droit que revient à son ministère, la charge de líorganisation des législatives partielles du 4 septembre contrairement aux gesticulations des nostalgiques de la défunte Commission électorale indépendante.

 


© google-images.fr
Líappel de líONE
«Il est inadmissible quíun candidat ou une personnalité qui aspire à servir la République puisse faire usage des fraudes multiples pour se faire élire», a clairement mentionné pour sa part, Monsieur Fulgence Zenneth, Coordonnateur national de líObservatoire National des Elections (ONE). Une manière pour líONE díinviter les différents candidats aux législatives partielles à la transparence pour crédibiliser le scrutin contrairement aux précédentes échéances. Comme annoncé par le ministre de líAdministration du territoire et de la décentralisation, espérons tout de même que les mesures prises puissent permettre díéviter au maximum ce que certains candidats malheureux aux législatives avaient considéré comme un «génocide électoral» ayant caractérisé les élections groupées du 23 janvier 2011. Des 14 circonscriptions retenues pour les élections partielles, 10 circonscriptions prennent part au second tour des élections législatives alors que ce sera le premier tour pour les 4 autres circonscriptions que sont Sosso Nakombo et Bouar 1 dont les députés élus sont décédés et les deux circonscriptions du 5eme arrondissement de Bangui dont les résultats ont été invalidés des le premier tour pour fraude industrielle par la Cour constitutionnelle.

 



Commentaire


Retour en haut