Archive

Centrafrique, Mgr Paulin Pomodimo est de retour à Bangui

Il a discuté avec les autorités tchadiennes de líaffaire dite Baba Ladde. Lequel occupe un village en RCA avec ses troupes rebelles

 

Le Médiateur de la République Centrafricaine, Monseigneur Paulin Pomodimo est rentré en République Centrafricaine après un séjour de quatre jours à NíDjamena au Tchad. Un séjour qui lui a permis de discuter avec les autorités tchadiennes de líaffaire dite Baba Ladde, du nom du chef rebelle tchadien qui a élu domicile avec ses rebelles en territoire centrafricain depuis plus de trois ans. Les autorités tchadiennes, selon le Médiateur centrafricain, ont accepté que le chef rebelle tchadien puisse rentrer chez lui au Tchad. Mais, mentionne le Médiateur Paulin Pomodimo, les autorités tchadiennes sont inquiètes quant à la substance du dernier communiqué de presse publié sur le net par Baba Ladde. Communiqué selon lequel des groupes terroristes évoluant sur le sol africain lui ont demandé de mener une guerre islamique au Tchad et en Centrafrique.

Toujours est-il quíau Tchad, rajoute le Médiateur centrafricain, des propositions de solutions sur le sujet ont été explorées et tiennent compte du communiqué final de líAccord de paix signé à Bangui entre le groupe rebelle du général Baba Ladde et les autorités tchadiennes. Par cet accord de paix, le chef rebelle tchadien síétait pourtant engagé à quitter le territoire centrafricain pour son pays. Mais à ce jour, les forces du Général rebelle níont pas encore quitté le territoire centrafricain mais ont plutôt investit la commune de Pladama Ouaka située à environ 15 Km du centre Bambari dans la Ouaka.

 


© journaldebangui.com
Monseigneur Paulin Pomodimo, Médiateur de la République Centrafricaine
Correspondance polémique
Dans une correspondance rendue publique par le leader du Front Populaire pour la Révolution «FPR», le général Baba Laddé a déclaré quíil est en Centrafrique sur invitation du groupe rebelle centrafricain APRD (Alliance Populaire pour la Restauration de la Démocratie). Sa présence dans ce pays a permis à líAPRD de venir à bout des coupeurs de route connus en Centrafrique sous le nom de Zaraguinas. Dans cette correspondance, le général Baba Ladde a aussi mentionné quíil ne peut nullement rentrer actuellement au Tchad puisque sa sécurité ne serait pas garantie. Il demande ainsi que líONU puisse aussi prendre une part active dans les négociations entre le gouvernement tchadien et son mouvement armé bien avant quíil puisse regagner le Tchad. Autrement dit, il compte ainsi sur les forces de líONU pour sa sécurité et auquel cas, Baba Ladde voudrait, selon sa correspondance que les négociations avec le régime tchadien puissent se dérouler à líextérieur.

Le général Baba Ladde a également mentionné que certains chefs rebelles centrafricains et hauts gradés de líarmée centrafricaine sont venus le voir pour demander líappui militaire de son mouvement aux fins de renverser le président centrafricain mais quíil a refusé de cautionner une telle entreprise de déstabilisation. Toujours dans cette logique, il annonce que des groupes terroristes tels AQMI et autres lui ont aussi demandé contre espèces sonnantes et trébuchantes afin de semer le désordre au Tchad et en République Centrafricaine. Avec une telle déclaration qui sonne comme une autre enchère du chef rebelle tchadien, les choses risquent bien de se compliquer et il níy a que les pauvres populations centrafricaines qui paieront le prix des frasques des hommes du général Baba Ladde.

 



Commentaire


Retour en haut