Archive

Le coordonateur de líObservatoire National des Elections dénonce

«Les incohérences, les insuffisances, les contradictions internes et les lacunes sont criardes»

 

Dans son propos liminaire, Fulgence Zeneth, coordonateur de líObservatoire National des Elections (ONE) a expliqué que líorganisation des élections législatives partielles «pose au grand jour, la nécessité et líurgence de la relecture du code électoral dont les incohérences, les insuffisances, les contradictions internes et les lacunes sont criardes». Parmi les incohérences, il a cité le fait que ce même code électoral prévoit 60 jours et aussi 90 jours pour la reprise des élections. En outre, ce code ne prévoit pas des dispositions pratiques pour líorganisation des élections dont les résultats ont été invalidés.

 


© journaldebangui.com
Fulgence Zeneth, coordonateur de líONE en Centrafrique
Selon lui, rien níindique que le Comité Transitoire des Elections mis en place par le ministère de líAdministration du Territoire pourra organiser dans la transparence ces consultations partielles. Le coordonnateur de líONE a invité les candidats des «deux circonscriptions électorales de Bangui, à offrir à la nation et au monde entier, une image positive de la démocratie au lieu du spectacle affligeant et pitoyable observé pendant le 2ème tour annulé du 27 mars 2011». A líendroit des autorités civiles et militaires, il leur a demandé díobserver une attitude visant à ramener la paix dans le pays.

Rappelons que pour ces élections, 74.020 électeurs sont appelés à élire 31 candidats au 1er tour des législatives dans 4 circonscriptions électorales de Sosso Nakombo dans la Mambéré Kadéi, Bouar 1, Bossangoa 1et Kabo dans líOuham. Et au 2ème tour dans 10 circonscriptions de Bangui et de Province. Au total 65 postes sont à pourvoir.

 



Commentaire


Retour en haut