Archive

Afrobasket 2011: Encore une victoire pour les Fauves

La rencontre entre les éperviers du Togo et les fauves de Centrafrique a basculé à líavantages des Bamaras 82 Ė 57.

 

Il síagissait de la deuxième journée pour le poule D. Après avoir battu les Rwandais par un score de 89 à 61 lors du premier match, les fauves ont pris le dessus sur les éperviers en perte de vitesse. Ils leur ont infligés leur deuxième défait après celle enregistrée devant la Tunisie par une grande différence de 56 à 103.

Samedi à 12h GMT au Palais des Sport et de la Culture de Mahamasina, dès le début du premier quart temps, les Fauves ont dominés et investit le terrain. A la fin de cette première partie ils avaient déjà fait la différence avec cinq paniers devant les éperviers (22 Ė 12). Malgré les différentes percées faites par líéquipe díArnaud Guy, les Centrafricains ont encore mené le second quart temps avec un score de 37Ė31. Durant le troisième quart temps, bénéficiant de líappui des arbitres qui leur octroient des lancers de temps en temps, suites à des fautes directes des Fauves, les éperviers ont commencé à prendre leur envol sans toutefois pouvoir aller bien loin.

 


© afrique-basket.blogspot.com
Les match préparatoire des Bamara en RCA
De líautre côté Kossangue, Kouguere et Kodjo-Sitchi ne leur ont pas laissé beaucoup de choix que celui de redescendre sur terre. Ces trois joueurs de la Centrafrique étant extrêmement doués en ce qui concerne la récupération du ballon ou encore les tirs à trois points. Les spectateurs Centrafricains et les Malgaches encourageaient autant que possible les Fauves qui, trois minutes après le début du dernier quart temps síéchappaient des Eperviers. Les Togolais sous pression à cause de la grande différence de point entre les deux équipes perdaient parfois le contrôle du ballon et les Fauves en profitaient simplement et enchainaient points sur points. Ils termineront la rencontre sur un score confortable de 82 à 57 en faveur des Bamara. Cette victoire de líéquipe centrafricaine est bien méritée.

 



Commentaire


Retour en haut