Archive

Ahmat Abakar Mahamat pour une coexistence pacifique

Le représentant de l’Association mondiale pour l’appel islamique (AMAI)appelle à plus de tolérance entre les musulmans et Chrétiens de Centrafrique

 

Il était en séjour à Bangui pour le renforcement des capacités des Imams. Il a invité les musulmans et Chrétiens de Centrafrique, à se comporter entre eux comme des frères et sœurs. Il présente l’ONG AMAI,

Pouvez-vous nous faire l’historique de l’Association Mondiale pour l’Appel Islamique?
L’Association Mondiale pour l’Appel Islamique a été créée depuis 1972, son siège est à Tripoli. Il y a le bureau régional à Ndjamena, c’est lui qui coiffe la Centrafrique le Cameroun et le Tchad. Il y a beaucoup de bureaux dans les autres pays africains, par exemple au Benin, au Burkina Faso au Nigeria, au Soudan et en Sierra Léone.

Quel est l’objectif recherché par cette ONG?
Cette ONG construit des écoles arabes, des dispensaires et des Mosquées. Les écoles sont mises à la disposition du ministère de l’Education nationale, les Mosquées sous la supervision du Conseil Supérieur Islamique et les dispensaires à la disposition du ministère de la Santé.

 


© trouvetamosquée.fr
Quels sont les partenaires de votre ONG?
L’ONG AMAI n’a pas de partenaires à l’exception de la Lybie qui finance son fonctionnement. Nous existons depuis plus de 4 ans en Centrafrique où l’ONG envisage, en la construction d’un complexe dans l’avenir (écoles, dispensaires, mosquées, université islamique). En collaboration avec le comité Islamique de Centrafrique, nous allons renforcer les capacités des Imans.

Quelle perception faites-vous des derniers évènements dans le 3ème Arrondissement?
Vraiment ce qui s’est passé dans le troisième arrondissement, ça fait très mal, nous avons appris que les gens ont brulé les mosquées. Ce pays appartient à nous tous; les Musulmans et les Chrétiens. Pour cela, il faut que les gens se comportent entre eux comme des frères et sœurs.

Avez-vous des messages à lancer?
Je demande à tous les Centrafricains de vivre ensemble parce que la violence ne résout aucun problème.
Sébastien Lamba

L’AMAI a été créée en 1978. L’aide humanitaire et l’éducation constituent son leitmotiv. Elle est dirigée par un Libyen, Salem Mohamed Whheba. Outre la formation des enseignants, l’association, depuis son implantation au Burkina, a construit 70 salles de classe d’écoles franco-arabes, a fait don de près de 250 mille manuels scolaires au mini stère de l’Enseignement de base et de l’Alphabétisation. Elle a financé la construction de cinq mosquées, octroyé des billets d’avion à de nombreux pèlerins burkinabè. L’AMAI apporte son assistance aux pauvres. Cette assistance s’est traduite par des dons de vivres, de vêtements et de médicaments aux plus démunis.

 



Commentaire


Retour en haut