Archive

France-Centrafrique: Une étoile síest éteinte

Cíest sur une route dans les Yvelines en France que la mort a rencontré Cooper Malibangar

 

Jusque dans líaprès-midi du 8 août, les coups fils circulaient encore et continuent díêtre passés pour être sûr de ne pas être líoiseau de mauvais augure qui annoncerait la nouvelle aux amis et connaissances. Finalement, elle sera confirmée par les membres de sa famille proche. Le Fauve qui tutoyait les étoiles est tombé. Líétoile síest éteinte. On ne la verra plus. On níentendra plus les mix de Cooper Malibangar. Líaccident qui a fauché cet aîné des Fauves de basketball síest déroulé à Dambron sur la D954, vers 4h40 dans le département des Yvelines en France. Il se dépêchait de revenir dans la région parisienne afin de soutenir ses cadets de líéquipe nationale centrafricaine. Cooper comptait ainsi donner de la voix aux côtés des autres fans de Fauves lors de la rencontre amicale organisée contre le Mali à Massy. Le basket était sa vie à côté de son travail. Un mois durant, Cooper Malibangar très actif a accompagné le stage bloqué des Fauves de Bas-Oubangui à Lille en France (juillet-août 2011).


 


© CBM
Malibangar Christian alias Cooper
Âgé de 38 ans, cela faisait à peine deux années que Malibangar Christian alias Cooper avait laissé tomber le maillot des Fauves pour se reconvertir. Il était ancien joueur du club Hit Trésor des années 90 et évoluait comme sénior dans la sélection dijonnaise de Da-Dijon au côté de son frère Cédric. Ceux qui líont côtoyer témoignent de ce que son sourire ne le quittait jamais. Cet ex Fauve de Bas-Oubangui avec sa régularité a fait rêver plus díun jeune centrafricain. Très intéressé par le travail et sa famille, il úuvrait à la réussite de ses enfants. Passionné de musique et de basket, il avait comme modèles les stars américaines Dennis Rodman Vince Carter Kobe Bryant ou encore Michael Jordan. Avec le rap, il síamusait à faire le DJ. Le retour de la dépouille vers Bangui est organisé dans les prochains jours afin qu'il rejoigne ses proches défunts.

Aussi la famille et la communauté centrafricaine de Dijon organise-t-elle une veillée de recueillement et de réconfort en la mémoire de notre frère Malibangar Christian alias Cooper le samedi 13/08/11 à partir de 18h à Talant (salle de l'Eglise Saint-Just)

 


© armande malepa
Avec un fan des Fauves à Lille lors du match contre la Côte d'Ivoire
Il y a des nouvelles que líon ne souhaite pas entendre et encore moins y croire malgré líévidence. Je me rappelle encore de ce jour de 1989 où tout fraichement entré au lycée des martyrs, je fus témoin de cet exceptionnel concours de saut en hauteur dans lequel tu as tutoyé les nuages en franchissant la corde des 2 mètres. Puis quelques temps après, ton talent de basketteur a explosé au niveau national. Tu es devenu COOPER, ce grand et élégant basketteur qui faisait la fierté de nous autres Centrafricains, passionnés de ce sport. Il y a deux ans, lors du match de préparation des fauves Basket en région Parisienne, je tíai revu. Puis au mois de mai de cette année alors que DJ Privat mixait, nous nous sommes retrouvés quelques part et nous avions à nouveau échangé de ce qui a été, de ce qui est et de ce qui sera ou serait.

Il y a encore quelques jours, tu étais du côté de Lille, applaudissant et encourageant tes cadets, les nouveaux fauves, ceux qui ont repris le flambeau depuis que tu tíes retiré. Et devant toi, Maurice, James Gambor et tous les anciens; les nouveaux vous ont fait honneur en battant la Côte díivoire. Voilà quíà quelques jours du début de la compétition, cette cruauté quíest la faucheuse des hommes tíenlève.

Tu nous manqueras COOPER. Ton sourire nous manquera, ta gentillesse et ton dévouement aussi.

Vas en paix, Cooper Malibangar, mon cúur saigne de douleur. Toutes mes condoléances à tes enfants, à ton père et à toute ta famille.
Clément Boute Bamba


Commentaire


Retour en haut